Filmer avec un appareil photo : l’exposition.

Appareil photo DSLR

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

En 2008, la marque Canon a sorti le premier appareil photo réflex numérique capable de filmer des vidéos en full HD (1920 x 1080 pixels). C’était le début d’une révolution qui allait bientôt permettre aux professionnels et amateurs de l’audiovisuel, de faire des vidéos avec un rendu cinématographique.

Aujourd’hui, tout le monde peut faire l’acquisition d’un appareil photo capable de filmer (aussi couramment appelé DSLR). Le problème n’est donc plus de pouvoir accéder à du matériel permettant de tourner des images de qualité. Le vrai problème de n’importe quel cinéaste ou vidéaste qui fait l’acquisition d’un DSLR, est avant tout d’apprendre à s’en servir correctement pour en tirer le meilleur 🙂

Si vous pensez être dans ce cas de figure, j’espère vous apporter quelques clés de compréhension essentielles dans cet article. Des principes élémentaires qui vous permettront peut-être de ne plus avancer “à l’aveugle” sans avoir un minimum de certitude sur ce que vous faites 😛

Précédemment sur ce blog, j’ai déjà mentionné que le fait d’apprendre la photo pouvait vous apporter de nombreux bénéfices si vous aspirez à devenir cinéaste. Vous pouvez développer votre intuition visuelle, votre intuition technique, et enrichir le panel de vos compétences professionnelles.

Idéalement, le but d’un cinéaste n’est pas de réaliser 24 images par seconde, mais 24 photographies par secondes. L’étymologie du mot cinéma signifie d’ailleurs littéralement “écrire par l’image” et celle du mot photographie signifie “peindre”.

Je vous encourage donc à toujours partir de ce principe simple :

Faire du cinéma, c’est écrire par la peinture. 😉

Certains cinéastes n’hésitent d’ailleurs absolument pas composer les plans de leurs films en puisant leur inspiration dans les peintures de grands artistes. Ci-dessous, un plan du film Les fils de l’Homme réalisé par Alfonso Curaon. Le plan a été librement inspiré du tableau La naissance de Vénus de Boticelli

Comparaison Les fils de l'Homme et La naissance de Vénus

Filmer avec un appareil photo est d’ailleurs un atout majeur à ce niveau-là. Dans le cadre de la réalisation d’un film, la qualité de l’image reste avant tout un luxe. Mais les DSLR nous offrent une chance incroyable à moindre coût : pouvoir produire des vidéos en tirant pleinement parti des caractéristiques propres à la photographie.

Il serait bien dommage de ne pas en profiter ! 😛

Je vous propose donc mettre de côté la vidéo, pour nous intéresser plus spécifiquement aux principes élémentaires de la photographie. Dans cet article, on parle de l’exposition. Mais avant d’entrer dans le vif du sujet, mettons déjà les choses au clair sur les bases de la construction d’un appareil photo…

Le fonctionnement d’un appareil photo.

La toute première photographie reconnue de l’histoire a été prise vers 1826 (ou 27 selon les sources).
Il s’agit du Point de vue du Gras ( un nom pas très sexy quand même ! 😀 ).

Photographie point de vue du Gras

Cette photographie a été réalisée par l’inventeur français Joseph Niépce, grâce à l’utilisation d’une chambre noire (aussi appelée camera obscura en latin). Un dispositif assez basique qui se constitue essentiellement d’une boîte dans laquelle est placée une surface photosensible (sensible à la lumière). L’idée était de pouvoir laisser passer une certaine quantité de lumière pendant un certain temps, afin de pouvoir imprimer la surface photosensible.

La construction des appareils photo a évidemment bien évoluer depuis l’époque de Joseph Niépce. Mais ce principe fondamental de la photographie est encore le même aujourd’hui. 🙂

Un appareil photo se constitue au minimum de quatre éléments principaux :

  • Un boîtier
  • Un capteur
  • Un obturateur
  • Un objectif avec un diaphragme

Le boîtier est l’équivalent de la chambre noire utilisée autrefois. Pour simplifier la compréhension, considérons qu’il s’agit ni plus ni moins que d’une simple boîte entièrement fermée. Excepté à l’endroit où l’on souhaite volontairement faire entrer la lumière 😉

On a donc l’appareil photo le plus simple du monde… 😛

Boite avec un trou

Le capteur est l’équivalent de la surface photosensible. Pour réaliser le Point de vue du Gras, Joseph Niépce a utilisé une plaque d’étain recouverte de goudron naturel. Aujourd’hui, les capteurs des appareils photo sont conçus grâce à des cellules électroniques.

Capteur appareil photo

L’obturateur est une partie mobile placée à l’endroit où l’on souhaite faire entrer la lumière. Très basiquement il faut comprendre que lorsque l’obturateur est baissé, la lumière ne passe pas. Lorsqu’il est levé, la lumière vient frapper la surface photosensible (le capteur).

Trois types d'obturateurs photo

Le diaphragme est un dispositif placé sur le chemin de la lumière. On le trouve généralement dans l’objectif de l’appareil photo. Le diaphragme est comparable à la pupille de l’oeil humain. Lorsque nous évoluons dans un environnement très lumineux, notre pupille tend à se fermer pour limiter la quantité de lumière reçue par notre rétine (la surface photosensible de notre oeil). Lorsque nous évoluons dans un environnement sombre, notre pupille s’ouvre davantage pour que la rétine puisse recevoir une plus grande quantité de lumière. La construction d’un diaphragme imite d’ailleurs celle de la pupille de l’oeil humain.

Diaphragme dans un objectif

Lors de la prise d’une photo, l’obturateur se lève pour laisser passer la lumière. Le capteur imprime la lumière et l’obturateur revient en position baissée. Le diaphragme est réglé à l’avance et reste figé pendant la prise.

La quantité de lumière reçue par la surface photosensible est appelée exposition.

Lorsque le capteur reçoit une trop grande quantité de lumière, on dit que l’image qui résulte de la prise est sur-exposée (on parle aussi de sur-exposition). Certaines informations tendent à se perdre dans des valeurs de blanc absolu.

Photographie sur-exposée d'une sphère

Lorsque le capteur reçoit une trop faible quantité de lumière, on dit que l’image qui résulte de la prise est sous-exposée (on parle aussi de sous-exposition). Certaines informations tendent à se perdre dans des valeurs de noir absolu.

Photographie sous-exposée d'une sphère

Une exposition correctement dosée permet donc d’obtenir une image dont les informations sont préserver grâce à une luminosité générale équilibrée.

Photographie d'une sphère exposée correctement

Note importante : Une exposition correctement dosée permet la réussite technique d’une image. Vous pouvez néanmoins surexposer ou sousexposer votre image dans le but d’appuyer une intention créative spécifique. Une considération également valable lorsqu’il s’agit de faire une vidéo.

L’exposition d’une image dépend donc de trois paramètres…

1. Le temps de pose.

Le temps de pose (en vidéo on parle plutôt de vitesse d’obturation) correspond à la période de temps pendant laquelle l’obturateur se lève pour laisser la lumière frapper la surface photosensible. Plus le temps de pose pendant la prise est long, plus la quantité de lumière qui passe est élevée.

Temps d'ouverture de l'obturateur

Attention tout de même, cela n’est n’est pas sans effet secondaire. Si vous souhaitez par exemple photographier (ou filmer) un sujet en mouvement, un long temps de pose peut vous faire perdre en netteté et en précision dans l’image.

Exemples vitesse d'obturation

Le temps de pose est généralement défini en secondes ou en fractions de secondes.

On peut par exemple définir un temps de pose de 1 ou 2 secondes qui sera noté respectivement 1” ou 2”. Mais on peut également définir la vitesse d’obturation à une valeur inférieure à 1 seconde, comme 1/50ème, 1/100ème ou encore 1/200ème de seconde par exemple.

Réglage de la vitesse d'obturation sur un appareil Canon

Certains photographes jouent d’ailleurs sur le temps de pose pour créer des effets devenus aujourd’hui assez populaires comme le light painting par exemple.

Light painting dans un tunnel

1 tunnel + 1 feu d’artifice à main + 1 long temps de pose = 1 light painting de ouf malade ! 😀

 

2. L’ouverture.

L’ouverture correspond à l’ouverture du diaphragme définie avant la prise. Plus le diaphragme est ouvert, plus il laissera passer de lumière au moment de la prise de vue. Exactement comme la pupille de l’oeil humain.

L’ouverture du diaphragme est généralement indiquée par un indice noté F/X.X

F signifie tout simplement Focale.

X correspond à la valeur numérique de l’ouverture.

Plus cette valeur est petite, plus l’ouverture est grande.

Une ouverture réglée à F/2.8 laisse passer une plus grande quantité de lumière qu’une ouverture à F/3.5. De la même manière, une ouverture à F/2.8 laisse passer une plus faible quantité de lumière qu’une ouverture à F/1.8. ( je sais, c’est la merde à retenir 😀 )

Valeurs de l'ouverture d'un objectif

Comme pour le temps de pose, l’ouverture n’est pas sans effet secondaire.

La valeur de l’ouverture a en effet une influence directe sur la profondeur de champ dans l’image. Plus l’ouverture est grande, plus la profondeur de champ est longue. À l’inverse, plus l’ouverture est petite, plus la profondeur de champ est courte.

Exemple ouverture profondeur de champ

3. La sensibilité.

Ce troisième paramètre de l’exposition est un peu différent des deux autres.

En théorie, nous ne devrions pas avoir la possibilité d’agir sur celui-ci. La sensibilité d’un capteur est physiquement toujours la même. Mais les appareils photos (et caméras) offrent aujourd’hui la possibilité d’augmenter ou de réduire la sensibilité de manière artificielle.

La sensibilité est généralement notée en ISO (anciennement ASA).

Sur la plupart des appareils photo réflex numériques, la valeur la plus basse est de 100 ISO. Dans l’idéal, il vaut mieux toujours rester à cette valeur. En pratique, certaines situations peuvent nécessité de monter cette valeur, mais faites attention. Augmenter la sensibilité de manière excessive peut avoir un effet ravageur sur la qualité de votre image. Vous perdrez en netteté et obtiendrez des artefacts indésirables. Lorsque ces artefacts apparaissent, on dit qu’il y a du bruit sur l’image.

Exemple sensibilité ISO

Note : Certains appareils photos (et caméras) permettent d’augmenter la sensibilité de façon significative, tout en conservant une image de qualité. À vous de juger en fonction de l’appareil que vous avez en votre possession 😉

Le triangle d’exposition

Les trois paramètres que nous venons devoir sont généralement réuni dans un schéma appelé le triangle d’exposition :

Le triangle d'exposition

On représente l’exposition d’une image par ce schéma, car celle-ci répond à une relation de réciprocité entre ces différents paramètres. La modification de l’un de ces 3 paramètres implique la modification des 2 autres. On parle même de couplage des règlages, mais ça… c’est une autre histoire 😛

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

L'accès privé à cette formation est 100% gratuit !

  • 1 module théorique pour comprendre l'intérêt de la mise en forme.
  • 1 module pratique dans lequel je corrige un scénario avec vous.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
  • 1 checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 module bonus dédié aux outils et logiciels d'écriture.
  • Ainsi que de nombreux conseils d'écriture complémentaires...

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?