Devenir cinéaste : quel parcours professionnel ?

Cinéaste cameraman

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Il y de ça quelques jours à peine, j’ai reçu un mail de la part de Benjamin, abonné au blog depuis déjà au moins un an. Ce dernier m’a raconté qu’il était “de retour au pays” après un long voyage, et qu’il avait l’intention de se donner un challenge professionnel. Il souhaitait à l’origine vivre de l’écriture de scénarios, mais il a désormais l’intention de mettre également en images ses histoires.

Il souhaite devenir, je cite : “un cinéaste au complet”. 🙂

Benjamin m’a fait part de son intention de trouver un poste pour se rapprocher des tournages professionnels et par extension, de la réalisation. Il envisage notamment de devenir assistant régisseur général, dans la pespective de pouvoir apprendre sur le tas et acquérir l’expérience nécessaire pour pouvoir un jour écrire et réaliser ses propres films.

Dans son mail, il me demandait mon avis sur sa démarche et sur les perspectives qui s’offraient à lui, sachant qu’il démarre aujourd’hui de zéro. J’ai déjà publié un article sur l’approche à adopter pour faire du cinéma lorsqu’on démarre de zéro et qu’on est seul. Mais il me semble pourtant que la problématique rencontrée par Benjamin mérite un nouveau développement. Dans l’idée de partager mon avis sur la question avec tous les lecteurs du blog, je me suis dit qu’un article serait peut-être pertinent… enjoy ! 🙂

Avant tout, je tiens à préciser qu’il s’agit uniquement de mon avis. Je vais essayer de répondre à la question de manière complète, mais beaucoup de critères sont à prendre en compte. À commencer par les réels objectifs de la personne concernée ( Benjamin, vous, ou tout autre lecteur qui passe par là 🙂 )

Premièrement, il me semble indispensable de rappeler la distinction entre un réalisateur et un cinéaste.

Le réalisateur est un terme qui englobe beaucoup de domaines, comme le cinéma, mais aussi la télévision, le clip musical et même la captation événementielle. Le métier de réalisateur repose essentiellement sur des aptitudes de management, et sur l’apport d’un complément créatif à des intentions déjà prédéfinies. C’est particulièrement vrai en télévision par exemple, où le réalisateur est généralement celui qui mène à bien la concrétisation d’un programme déjà établi à l’avance. Il peut même s’agir d’un programme en direct ou de la captation d’un événement (conférence, concert ou autre). Dans ce cas, le réalisateur est généralement placé derrière un poste multi-cam et peut décider de prendre l’image de la caméra qui lui convient le mieux tout au long de l’événement. J’ai d’ailleurs déjà été cameraman sur ce type d’événement et je peux vous assurer que c’est très vite fatiguant ! Je n’ose même pas imaginer la place du réalisateur qui fait le montage en direct et qui doit garder l’esprit extrêmement vif pendant plusieurs heures 😛

Ensuite il y a le cinéaste, qui écrit et réalise ses propre créations (en tout cas en France c’est souvent le cas). Le cinéaste est donc beaucoup plus personnel dans son approche créative. Il concrétise avant tout son “bébé”. La dimension managériale d’une équipe peut tout-à-fait être entièrement relayée à un premier assistant par exemple. Toute l’équipe technique travaille donc conjointement pour que l’intention créative du cinéaste soit respectée du début à la fin de la production.

La question de Benjamin est donc bien “comment devenir un cinéaste ?” 🙂

Je dirais qu’il y a principalement deux voix possibles pour espérer un jour écrire et réaliser ses propres films et séries.

1. Travailler sur les tournages et gravir les échelons.

Équipe technique sur un plateau de tournage

La première est celle que Benjamin mentionnes et qui semble constituer son défi professionnel. Fréquenter les tournages en ayant soi-même des responsabilités est en effet une excellente école et permet de faire énormément de réseau assez rapidement. Cela implique néanmoins plusieurs contraintes non négligeables…

La première contrainte est évidemment celle de devoir se plier au régime de l’intermittence qui est à l’opposé complet de la titularisation dans un établissement public (Benjamin était fonctionnaire). Mais je pense que je ne vous apprends pas grand chose sur ce point. Je me permets juste d’insister dessus car le milieu des techniciens du cinéma est assez brutal et souvent même ellitiste. Les techniciens qui ont les meilleurs réseaux gagnent très bien leur vie, pendant que la majorité ramasse souvent les miettes. Certains peinent même à faire les heures requises pour garder leur statut. C’est aussi pour cette raison que l’intermittence en France se concentre essentiellement sur le circuit de la télévision en région parisienne. Pour vivre de l’intermittence dans la fiction en France, il vaut mieux vivre à Paris. Ce qui n’est pas donné à tout le monde.

Ensuite, il y a aussi la contrainte de l’évolution dans le milieu. Si vous choisissez de commencer en tant que technicien, il vous faudra gravir les échelons un à un jusqu’à avoir un jour l’opportunité de prouver votre légitimité à réaliser un film. Ca peut aller vite pour les plus chanceux, mais ça peut aussi prendre plusieurs années avant de pouvoir enfin passer derrière la caméra. Ca peut même prendre encore davantage de temps pour réaliser un scénario que vous avez écrit vous-mêmes.

Je suis désolé de peindre un tableau aussi noir de l’intermittence, mais je préfère ne pas vendre du rêve à celles et ceux qui souhaitent se jeter à l’eau.

Après, je rappelle que la problématique présentée ici n’est pas celle de pouvoir vivre du cinéma, mais bien de vouloir écrire et réaliser ses propres films. Si vous souhaitez être technicien dans le milieu, il “suffit” de perséverer et de se faire un bon carnet de contacts. C’est difficile mais pas impossible. Pour écrire et réaliser ses propres films par contre, votre meilleur chance est de convaincre un producteur de vous accompagner. Et pour convaincre, il faut généralement avoir quelque chose à montrer 🙂

Tout ça m’amène à la seconde option…

2. Choisir l’audiovisuel et faire ses films avec les moyens du bord.

Appareil photo DSLR

Pour ma part, j’ai choisi de travailler avant tout dans la production audiovisuelle. J’ai réellement débuté dans le milieu pro par un stage dans une entreprise de communication audiovisuelle ( en 2009… ça remonte à loin déjà ! 😀 ), avant de continuer aux côtés d’un collègue vidéaste et cinéaste rencontré à l’université. On a commencé avec une association à but non lucratif en faisant des clips et des vidéos promotionnelles ou institutionnelles. C’est tout de suite moins “sexy” que le cinéma, mais ça nous a rapidement permis de gagner de l’expérience et du nouveau matériel de plus en plus gros (trépied, steadicam, grue, slider, etc.). On a alors rapidement pu se tourner vers l’écriture et la réalisation de fictions que l’on qualifie habituellement d'”amateurs”… même si je déteste ce mot car je considère que le professionnalisme dépend avant tout de la capacité à faire les choses bien et à avoir des objectifs concrets.

De fil en aiguille cela nous a aussi permis de développer un réseau, sans même forcément devoir fréquenter les tournages pros du cinéma. J’ai alors eu la chance de participer à des projets de tous types (longs, clips, séries, documentaires, événements, etc.) à des niveaux de production très variés (du participatif à la grosse boîte de prod). Aujourd’hui, je peux vous garantir que rien ne m’a appris davantage sur le métier de cinéaste que d’écrire et réaliser des films avec les moyens du bord !

Je suis aussi convaincu que lorsqu’on part de zéro, on cultive facilement l’idée reçue qu’à partir du moment où on est financé, tout va bien et on peut enfin réaliser l’oeuvre qu’on a en tête. En réalité, il n’y a jamais assez d’argent pour faire un film ou une série. Même dans les grosses productions, il n’y a jamais assez de temps ni assez d’argent pour faire tout ce qui est prévu initialement. Et ce n’est pas grave parce que ce qui fait réellement une différence auprès de l’audience, c’est avant tout l’histoire, les comédiens et l’immersion sonore. La bonne nouvelle ? Le niveau d’exécution de ces trois critères, ne dépend pas du budget (sauf peut-être pour l’audio à la limite mais il existe de très bons microphones largement accessibles). La réussite artistique d’un film ou d’une série dépend avant tout de l’intention créative du cinéaste et de sa capacité à donner vie à celle-ci dans le but d’impliquer pleinement son audience.

Aller sur des tournages cinéma ou télévision professionnels est une excellente chose pour pouvoir apprendre en observant et se faire éventuellement quelques connexions.

La question est de savoir : est-ce que ça vaut le coup de courir les tournages pour autant ?

Je n’ai pas de réponse universelle à cette question, car celle-ci dépend du choix de la personne et de ses objectifs. Mais personnellement, si c’était à refaire, je choisirais tout de même de m’orienter vers la production audiovisuelle avant tout. Un domaine beaucoup plus large et diversifié qui brasse beaucoup plus d’emplois. Je trouve que l’audiovisuel permet d’apprendre la même forme de rigueur que l’on retrouve au cinéma. À des échelles souvent très variées… et c’est une excellente chose ! Car l’une des qualités indispensables d’un cinéaste est justement sa capacité à s’adapter en toutes circonstances. Peu importe si vous avez beaucoup ou très peu de moyens, une grande ou une petite équipe, beaucoup ou peu de matériel, etc. Vous devez toujours rester fidèle à votre intention créative initiale et vous adapter aux circonstances environnantes 🙂

Ensuite, si vous souhaitez apprendre le métier, gardez aussi à l’esprit qu’à notre époque le savoir est omniprésent ! Les livres, les making-of des films des cinéastes que vous admirez ( regardez celui de The Social Network !! 😀 ), et bien entendu internet ( oui bon ça va, je plaide encore coupable ! 🙂 ). Toutes les informations ne sont pas toujours bonnes à prendre, mais c’est toujours une source de savoir inépuisable qui peut vous permettre d’apprendre davantage pour tester ensuite en pratique.

Enfin, il y a également l’évolution des médias à prendre en considération…

Ecran d'ordinateur avec VOD

Une évolution qui tend de plus en plus vers un enrichissement des moyens de financement et de distribution de la création audiovisuelle. Des acteurs comme Netflix ont aujourd’hui un pouvoir et une influence bien plus grands que les majors hollywoodiennes. Youtube a complètement court-circuité le cycle production-diffusion auprès du grand public. Reste à savoir comment la création digitale peut trouver sa place au niveau économique. Mais de nouveaux acteurs arrivent déjà sur la place comme Okast par exemple, qui propose une solution pour créer votre propre Netflix personnalisé à moindre coût, et vendre vos créations directement à votre public. Il s’agit d’un partenaire dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois sur ce blog. Vous pourriez me dire que je ne suis pas tout-à-fait objectif ( et vous auriez raison 😀 ), mais même sans mentionner cet outil, on peut déjà considérer qu’un tout nouveau champ de possibilités s’offre aux cinéastes qui souhaitent se lancer aujourd’hui.

Il en va de même pour la nécessité de créer des connexions et de faire du réseau….

Avez-vous déjà entendu parlé de la plateforme Opside ?

Il s’agit d’un outil dédié à toutes celles et ceux qui souhaitent se lancer dans la création vidéo et qui cherchent à réunir une équipe. Je pense que le monde du cinéma n’est plus aussi “réservé” qu’auparavant. Aujourd’hui, il est devenu incroyablement plus facile de faire des rencontres avec d’autres créateurs, techniciens, comédiens, etc.

C’est littéralement un nouvel écosystème qui se met en place petit à petit.

En ce qui me concerne, j’ai beaucoup plus d’espoir de voir la création cinématographique indépendante se faire une place dans cette voie-là que dans celle des “grands médias” et du circuit traditionnel de diffusion/exploitation. La télévision par exemple, a encore une part importante de la consommation de programmes audiovisuels, mais la question c’est… jusqu’à quand pourra-t-elle tenir face à des géants de la Silicon Valley qui raflent tout sur leur passage ? À mon sens, seuls les petits auront toujours une place. C’est justement notre chance en tant que cinéastes indépendants.

Bon au final, il faut tout de même que je répondre à Benjamin et à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui dans son cas de figure. 🙂

Même si je partage beaucoup de conseils avec vous sur ce blog, je n’ai pas non plus la science infuse et je ne peux pas décidez à votre place… 😕

Tout ce que je peux vous dire c’est que d’après mon expérience, si vous souhaitez écrire et réaliser vos propres films, alors il me semble plus judicieux de commencer dès maintenant avec les moyens du bord, plutôt que de mettre toute son énergie dans la recherche de contrats en intermittence pour un jour espérer convaincre un producteur. Ce qui ne dispense pas de faire du réseau ou d’assister à des tournages pour autant. Mais si vous cherchez à acquérir de l’expérience en tant que cinéaste, à mon sens il n’y a rien de plus efficace que de faire ses armes le plus tôt possible. Rassemblez vos idées, choisissez les plus faisables et celles sur lesquelles vous avez le moins peur de vous planter. Achetez-vous un bon microphone, réunissez une équipe pour vous aider derrière la caméra (même des amis si vous ne connaissez personne au début), et faites un casting pour dénicher des comédiens qui sauront impliquer l’audience et porter votre histoire. On peut trouver de très bons (voir excellents) comédiens à proximité de chez soi, bien plus facilement qu’on ne l’imagine !

Ensuite si les choses se présentent bien, pensez à structurer votre démarche en créant au moins une petite association à but non lucratif dans un premier temps. N’hésitez-pas non plus à vous rapprocher d’autres associations ou même d’entreprises de votre ville ou de votre région. Vous pourriez envisager des partenariats et apprendre davantage par la collaboration, qui sait ?… 🙂

Pour le mot de la fin, je dirais qu’à notre époque il est devenu indispensable pour n’importe quel cinéaste de se construire avant tout son propre écosystème. Qu’il s’agisse de réseau, de structure juridique, de réalisations à montrer… faire des films vous ouvrira toujours des portes vers de nouvelles perspectives artistiques et professionnelles. Et vous apprendrez directement l’activité que vous souhaitez réellement exercer 😛

N’hésitez-pas à réagir en commentaire si vous en ressentez le besoin 😉

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
2 commentaires
  1. Benjamin 3 mois ago

    Très bon article Marc, encore une fois !
    Et tu as visé juste en rappelant que, finalement, nous ne devons pas oublier que la pratique de production reste primordiale.
    Pour ma part, davantage que de m’établir dans le statut d’intermitent et d’espérer convaincre un producteur par ce biais, je vise ces métiers techniques en plateau plutôt comme un poste d’observation privilégié puisque mes connaissances en la matière se résument à…nada.
    Je penses donc faire les deux. Tout sera question de la place accordée à ces activités. Bosser dans le dûr de la réalisation technique d’un film dans un premier temps avant de consacrer une majeure partie de mon temps à la production et la recherche d’un financement.

    • Marc Auteur
      Marc 3 mois ago

      Salut Benjamin,

      Merci pour ton commentaire. 🙂

      Je comprends tout-à-fait ton besoin actuel. Pouvoir être un observateur au premier rang sur les tournages reste effectivement un privilège pour en apprendre davantage sur la production et pour se faire des contacts. Pour toi cela ne semble pas être une fin en soi. Donc je dirais simplement “fonce !” 😀 Par ailleurs, n’oublie pas de faire tes armes sur des projets à toute petite échelle. Cela t’aidera non seulement à apprendre comment gérer un tournage, mais cela te permettra aussi de prendre du recul par rapport aux projets les plus ambitieux qui nécessitent une prod. L’idée reste tout de même d’éviter de tomber dans un délire “ma vie, mon oeuvre” et de mettre tous ses oeufs dans le même panier sans faire d’autres projets à côté 😕

      Bien à toi,
      Marc.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

L'accès privé à cette formation est 100% gratuit !

  • 1 module théorique pour comprendre l'intérêt de la mise en forme.
  • 1 module pratique dans lequel je corrige un scénario avec vous.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
  • 1 checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 module bonus dédié aux outils et logiciels d'écriture.
  • Ainsi que de nombreux conseils d'écriture complémentaires...

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?