10 conseils pour écrire un scénario de film TRÈS MAUVAIS

Public ennuyé au cinéma

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

L’écriture de scénario est un art incroyablement complexe qui peut prendre du temps à être maîtriser. Même certains scénaristes professionnels ayant une expérience de plusieurs années, sont toujours dans un apprentissage continu…

Il existe bien entendu des principes narratifs à connaître pour pouvoir construire des histoires qui captivent l’audience. Malheureusement, même si je pouvais vous expliquer tous les tenants et aboutissants du storytelling, il me faudrait bien plus qu’un article comme celui-ci. 😕

Dans le meilleur des cas, je peux donc vous donner une méthode de base pour écrire un bon scénario, pour vous aider avant tout à baliser votre processus créatif. Mais je me suis dit que je pouvais peut-être également inverser les polarités en vous donnant les meilleurs conseils pour vous aider à écrire le pire des scénarios possibles 😀

Voici donc rien que pour vos yeux, une liste des 10 choses que vous devez absolument faire pour être sûrs de rater complètement votre prochain scénario 😛

1. Ne créez aucun conflit.

Conflit entre deux personnes

Le confilt est la base de ce qui permet à la dramaturgie d’exister.

Pas de conflit, pas de dramaturgie !
Pas de dramaturgie, pas d’histoire !
Pas d’histoire,… pas de palais ! pas d’histoire ! 😉

Si vous souhaitez écrire une histoire qui ne captive absolument personne et qui ennuiera tout le monde, alors enlevez tout simplement toute trace de conflit ou d’opposition.

Prenons un exemple concret :

L’histoire d’une femme qui tombe folle amoureuse d’un homme déjà marié
(ou l’inverse, on s’en fout hein ! 🙂 ).

Voici la même histoire sans la moindre trace de conflit ou d’opposition :

L’histoire d’une femme qui tombe folle amoureuse d’un homme célibataire qui tombe lui aussi follement amoureux d’elle.

Dans la catégorie histoire chiante, je voudrais la palme d’or s’il vous plait 😀

2. Écrivez sur un sujet que vous ne maîtrisez pas.

Homme assis sur une chaise lis sont journal sur les rails d'un train

Idéalement, un auteur devrait toujours écrire sur ce qu’il connaît assez. J’en ai déjà parlé précédemment sur ce blog, lorsque j’ai abordé ce que Linda Seger appelle l’investigation. Il s’agit du processus de recherche d’informations nécessaires à l’écriture d’un scénario et par extension, à la caractérisation de personnages de fiction.

L’auteure distingue deux types d’investigation.

Premièrement, l’investigation dite “générale” qui correspond à ce que l’auteur a déjà pu observer et apprendre au cours de son existence. Elle dépend donc davantage de la curiosité naturelle de la personne.

Deuxièmement, l’investigation dite “spécifique” qui correspond à une recherche proactive d’informations de la part de l’auteur, sur un ou plusieurs sujets qu’il ne connaît pas.

Si vous souhaitez écrire un scénario très mauvais, n’hésitez surtout pas à raconter une histoire sur un sujet que vous ne maîtrisez pas et pour lequel vous ne ferez absolument aucune investigation spécifique.

De cette manière, vous serez absolument certain de tomber directement dans les clichés les plus abominables. Si vous vous donnez vraiment à 100% dans l’absence de recherche et dans les à priori, vous pourriez peut-être même passer complètement à côté de votre propos. 😛 Qui sait ?!… avec un peu de négligence on arrive à tout ! 😀

3. Écrivez un scénario beaucoup trop long.

Paquet de feuilles volantes

Si vous êtes un complet débutant et que vous souhaitez vous planter, il n’y a rien de tel que d’écrire un scénario extrêmement long ! 😉 Ce qu’il y a de bien avec un scénario trop long, c’est qu’on peut littéralement faire un méga triple combo 😀

Premièrement, vous augmentez vos chances d’écrire une histoire qui comporte beaucoup de matériel superflu et qui manque cruellement de rythme. Ce qui peut potentiellement vous aider à cultiver davantage l’ennui de votre audience. C’est pas mal, mais ce n’est pas terminé… 🙂

Deuxièmement, vous explosez complètement les considérations budgétaires. Si vous êtes pété de thunes, vous pourrez faire votre scénario sans problème ( l’argent que vous dépenserez aura d’ailleurs 99.999999% de chances d’être définitivement perdu donc c’est cool aussi à ce niveau-là ! 😀 ). Si au contraire, vous n’avez pas une thune, c’est encore mieux puisque vous vous offrez la garantie ultime de ne jamais pouvoir mettre en images votre scénario.

Troisièmement, vous ruinez les risques potentiels de convaincre de futurs collaborateurs. Ce qui vous permet de tuer le projet dans l’oeuf avant même qu’il ait pu avoir un semblant d’existence. Plutôt carrément efficace ! 😀 Il m’est déjà d’ailleurs moi-même arrivé de me faire “aborder” par un scénariste qui souhaitait que je fasse partie de l’équipe de production de son film… dont le scénario comptabilisait pas moins de 300 pages !!… mais WHAT THE FUCK MAAAAN ?? 😮

4. Écrivez un scénario irréalisable à votre niveau.

Homme qui grimpe une échelle

Non seulement vous pouvez écrire un scénario très mauvais, mais vous pouvez également faire en sorte qu’il finisse tout droit dans un tiroir et qu’il y reste ! ( elle est pas belle la vie ?! 😀 )

L’idéal est donc d’écrire le scénario le plus irréalisable possible à votre niveau. Vous prenez l’idée la plus ambitieuse que vous avez et vous en faites un scénario en ignorant toutes les considérations techniques et logistiques de la production.

Le mieux est donc d’écrire une histoire avec plein de séquences, plein de personnages différents (un nouveau à chaque nouvelle séquence), plein de lieux différents (un nouveau lieu à chaque nouvelle séquence également), plein de mouvements de caméra complexes (écrivez les terme techniques directement dans le scénario, comme ça vous pourrez aussi perdre toute crédibilité face à des professionnels et ruiner l’expérience de lecture) et aussi plein d’effets visuels et de jeux de lumière ultra compliqués à mettre en place.

En théorie, si vous écrivez une histoire irréalisable à votre niveau, vous pourrez rendre votre créativité plus complexe à gérer et vous pourrez défoncer votre motivation à grands coups de pelle. La créativité qui, contrairement à ce que l’on peut croire, est plus facile à stimuler et à canalyser par le biais d’une contrainte, sera désormais libre de partir dans tous les sens. Et pour ce qui est de la motivation, vous pourrez peut-être même la faire descendre dans le négatif en étant absolument certain que vous ne pourrez jamais mettre en image votre scénario, même avec très peu de moyens.

5. Misez tout sur la forme.

Peinture subliminale abstraite

Ce conseil est peut-être celui que je préfère 😀

Au lieu de miser sur les émotions et le propos de votre histoire pour toucher la sensibilité et la personnalité de votre audience… misez tout sur la forme ! 😉

Gardez à l’esprit que vous ne pouvez pas convaincre les gens en misant sur ce que les grosses productions font avec cent fois plus de moyens que vous 🙂

Si vous souhaitez écrire un scénario vraiment très mauvais, il suffit de laisser de côté les personnages et leurs motivations personnelles ( après tout, on s’en fout dans une histoire ! 😀 ) et de mettre un maximum de séquences ou de plans spectaculaires que vous n’avez évidemment pas les moyens de réaliser aussi proprement que les grosses productions.

Ou sinon vous pouvez aussi faire des longs plans contemplatifs sans aucun fond dramatique.
Ça marche aussi pas mal pour cultiver l’ennui 🙂

6. Écrivez des personnages “fonction”.

Personnages en dessin

Dans un bon scénario, chaque personnage à un rôle bien spécifique, mais aussi une personnalité qui lui est propre. C’est précisément ce qui permet de donner une dimension humaine profonde à une histoire de manière générale.

Mais je vous rappelle que vous voulez écrire un scénario très mauvais… 😀

Oubliez l’idée de la caractérisation et créez des personnages qui sont dans votre histoire uniquement pour remplir leur fonction, ni plus ni moins 🙂 Donner à votre audience l’impression que la présence de chacun des personnages de votre scénario se justifie exclusivement par le besoin de remplir leur rôle. Si par exemple vous avez besoin d’un dentiste, mettez un dentiste dans votre histoire sans lui donner d’autre raison d’être dentiste que de remplir son rôle de dentiste ( ça fait beaucoup de fois “dentiste” dans une phrase 😀 ).

Ne cherchez surtout pas à justifier la présence de ces personnages d’un point de vue dramatique ou par rapport au propos de votre histoire. Vous pourriez accidentellement créer des personnages inoubliables, et même écrire finalement un bon scénario ! Diantre ! 🙂

7. Construisez des personnages sans défaut.

Enfant super héros

Aristote appelle Hamartia la faille d’un héros. Cette faille permet de le rendre imparfait et favorise l’identification du spectateur.

Autrement dit… tout le contraire de ce que l’on souhaite dans un scénario très mauvais ! 😛

Pour éviter que l’audience puisse s’identifier d’une quelconque manière aux personnages de votre histoire, l’idéal est de faire en sorte que ces personnages n’aient absolument aucun défaut, ni aucune faille. En clair, faites des personnages qui n’ont rien en commun avec l’humanité ! Faites des robots sans émotion ! C’est bien ça, les robots ! 😀

Et surtout ne prévoyez aucune transformation dramatique entre le début et la fin de votre histoire. Un arc dramatique bien construit est l’une des principales caractéristiques des scénarios bien écrits.

Faites attention ! 😮

8. Prenez soin de vos personnages.

Cardiogramme dessiné

Dans son livre L’écriture de scénarios, l’auteur Jean-Marie Roth parle d’un syndrome que la plupart des scénaristes ont : celui de ne pas vouloir faire trop de mal à leurs personnages.

Selon lui, un bon scénario est un scénario dans lequel les personnages traversent des épreuves digne de ce nom. Ce qui impliiiique… 😀

Ce qui implique que si vous souhaitez écrire un scénario très mauvais, il vous suffit de ne pas du tout mettre vos personnages à l’épreuve. Faites en sorte que vos personnages connaissent tout sur tout et qu’ils sachent résoudre très facilement toutes les problématiques qui se présentent à eux. Dans le jargon on parle même de Mary Sue, ou encore de Garry Sue lorsque le personnage est masculin.

9. Utilisez le hasard à outrance.

Tas de dés colorés

Connaissez-vous le principe du Deus Ex Machina ?

Si vous ne connaissez pas, écoutez bien car ce principe peut vous aider à littéralement pourrir votre scénario 😀

Il s’agit d’un événement qui vient résoudre la situation de manière complètement improbable et totalement gratuite, sans aucune explication ou préparation. Si par exemple votre personnage principal fait face à une terrible épreuve ( mais normalement il ne devrait pas puisque vous avez appliqué le précédent conseil 🙂 ), vous pouvez faire intervenir une solution qui sort de nulle part et qui vient sauver le personnage.

Le plus important est de ne surtout jamais préparer l’arrivée de cette solution. Elle se doit d’être 100% inattendue par l’audience, afin de paraître totalement injustifée 🙂

10. Rendez votre scénario ultra prévisible.

Longue vue

Le dernier conseil de cette liste est extrêmement puissant pour écrire un scénario très mauvais ! 🙂

Aaron Sorkin, scénariste hollywoodien largement reconnu pour son travail, dit la chose suivante :

Aaron Sorkin

“La pire chose qu’un scénariste puisse faire, est de rendre son histoire prévisible”
– Aaron Sorkin –

C’est plutôt une bonne nouvelle non !? 😀

Mais alors là question c’est : comment fait on pour écrire un scénario ultra prévisible ?

Eh bien on abuse tout simplement du principe du Set-up / Pay-off 🙂

“ Le principe de quoi ? 😮 ”

Le principe du Set-up / Pay Off est l’un des fondamentaux du storytelling. Lorsque vous racontez une histoire vous transmettez un certain nombre d’informations à votre audience au fil du temps. Vous pouvez choisir de préparer par exemple la résolution de certains événements de votre histoire, en donnant seulement un fragment d’informations à votre public. Vous lui implantez une partie d’information qu’il conservera idéalement dans son esprit, jusqu’au moment où cette information viendra s’adjoindre à une autre pour résoudre une situation donnée.

On appelle aussi ce principe La théorie du fusil de Tcheckhov ou encore La loi de conservation des détails. Si par exemple vous montrez un fusil au début de votre histoire (Set-up), vous pouvez faire en sorte qu’un personnage utilise ce fusil à la fin de l’histoire (Pay-off).

Si vous abusez de ce principe, vous pourrez faire en sorte que le public assimile une énorme quantité d’indices (Set-up) sur ce que votre histoire lui réserve (Pay-off). Vous pourrez ainsi écrire un scénario complètement prévisible… et donc très mauvais ! 😛

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
2 commentaires
  1. Didier 1 mois ago

    Sur un des items développés, il me semble que pour faire un bon scénario susceptible ou pas d’intéresser un producteur, ce qui est une autre histoire :), c’est de multiplier un maximum de sources de conflits, même les plus débiles, pendant le “What If” process, et de de trier ensuite ce qui est pertinent pour l’intrigue. Sans conflit pas d’histoire.

    • Marc Auteur
      Marc 1 mois ago

      Merci Didier ( aka “the dude of the dudes” 🙂 ) pour ce partage complémentaire 🙂

      Convaincre un producteur (ou tout autre collaborateur) est effectivement une autre paire de manches. Et pour ce qui est du conflit, je suis également tout-à-fait d’accord avec toi. Plus on trouve des sources de conflits différentes, plus on augmente ses chances de mettre le doigt sur celles qui peuvent apporter une valeur au propos du scénario. Le “What if process” (ou la recherche paradigmatique) est toujours un exercice d’une grande valeur.

      Je me permets néanmoins de rappeler qu’il faut bien distinguer intrigue et histoire. L’intrigue se construit avant tout autour du déplacement physique du ou des personnages. Le propos de l’histoire quant à lui, s’incarne au travers de la transformation du ou des personnages. En ce sens, il me paraît plus précis de trier les sources conflits pertinentes pour l’histoire avant tout. Je sais, je chipote 😀 Mais la nuance me paraît essentielle à relever pour clarifier les couches de développement à prendre en considération par n’importe quel auteur.

      Bien à toi,
      Marc 😉

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

L'accès privé à cette formation est 100% gratuit !

  • 1 module théorique pour comprendre l'intérêt de la mise en forme.
  • 1 module pratique dans lequel je corrige un scénario avec vous.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
  • 1 checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 module bonus dédié aux outils et logiciels d'écriture.
  • Ainsi que de nombreux conseils d'écriture complémentaires...

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?