Apprendre la photo : un atout majeur pour devenir cinéaste.

Photographe qui tient un appareil photo

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Vous aspirez à devenir cinéaste ?

Alors permettez-moi de vous donner un conseil très simple :

Apprenez la photographie ! 🙂

L’acquisition de compétences en photo peut constituer un véritable avantage pour vous. Il s’agit même presque littéralement d’un unfair advantage ! Entre un cinéaste qui ne connaît rien en photographie et un autre qui a au moins quelques notions de base… je vous assure qu’il peut y avoir un énorme fossé ! 😮

Dans le cadre de la réalisation d’un film, la qualité du scénario, du jeu des comédiens et de l’audio, sont des points extrêmements sensibles sur lesquels il ne vaut mieux pas se louper. Ce sont des critères bien plus sensibles que la qualité technique ou esthétique de l’image ! Vous pouvez tout-à-fait faire un bon film avec une image qui n’est pas terrible. Si votre scénario est bon, que vos acteurs jouent bien et que votre piste audio est impeccable, vous pouvez vous permettre de ne pas nécessairement avoir une image exceptionnelle. L’inverse est beaucoup moins vrai. Si vos plans sont magnifiques mais que tout le reste est mauvais, vous êtes dans le caca ! 😕

La qualité de l’image d’un film reste donc avant tout un luxe.

Et là vous allez peut-être me dire :

“Ben du coup on s’en fout un peu de la photographie non !?” 😛

Eh bien c’est un petit peu plus complexe que ça… Avoir des connaissances en photographie ne vous permet pas seulement d’augmenter la qualité technique de vos plans…

Dans cet article, je vous propose donc de voir ensemble en 3 points pourquoi apprendre la photo peut faire une différence significative dans votre parcours de cinéaste.

1. Développez votre intuition visuelle.

Le fait d’avoir une image techniquement irréprochable dans un film est presque devenu la norme pour le spectateur lambda de notre époque. Ce constat s’explique assez facilement par la démocratisation fulgurante du matériel audiovisuel. Cette démocratisation a d’ailleurs amené son lot de révolutions comme celle de l’arrivée en 2010 des premiers appareils photos réflex numériques capables de faire de la vidéo (couramment appelés DSLR).

Eos 5D Mark II

La qualité technique d’une image est donc devenue largement accessible. Même aux personnes qui ne possèdent pas de compétences particulières en photo ou en vidéo. Aujourd’hui, le téléphone que tout le monde a dans sa poche peut faire des images à couper le souffle ( ok… peut-être pas tout le monde en fait 😀 Mais ce jour arrivera bientôt… ).

Mais ce n’est pas parce qu’une image possède une qualité technique irréprochable, qu’elle est artistiquement pertinente pour autant. Je l’ai déjà largement mentionné sur ce blog, l’objectif d’un cinéaste n’est pas de faire juste des films, mais des films justes !

Une devise directement inspirée des propos de Jean-Luc Godard :

jean-luc godard avec un appareil photo

“Ce n’est pas une image juste, c’est juste une image.”
– Jean-Luc Godard –

Il y a d’ailleurs souvent une confusion entre l’audiovisuel et le cinéma.

Mettons les choses au clair sur ce point…

Le cinéma a besoin de l’audiovisuel, mais l’audiovisuel n’a pas besoin du cinéma !

La réalisation de projets purement audiovisuels comme des reportages par exemple, peut inciter à “brasser” énormément de matière vidéo et audio afin de s’assurer d’avoir ce qu’il faut pour construire un film cohérent autour d’un sujet donné. Lorsqu’on fait du cinéma, il est beaucoup plus pertinent de passer plus de temps à prévoir à l’avance ce que l’on veut réellement filmer. Ça ne sert à rien de produire de la matière de façon plus ou moins aléatoire sans lui donner un but précis. Le numérique n’a évidemment pas favoriser la réflexion avant l’action. À l’époque où on tournait tout en pellicule, il fallait bien réfléchir avant de filmer parce que ça coûtait fu****ing put****n de cher ! 😀

Gardez à l’esprit qu’une qualité d’image exceptionnelle ne vous dispensera jamais de devoir donner du sens à ce que vous décidez de filmer. C’est justement à ce niveau-là que l’apprentissage et la pratique de la photographie, peuvent vous apporter un avantage inestimable !

Apprendre la photo n’implique pas seulement la compréhension d’aspects techniques.

Une fois que vous maîtrisez la technique, vous devenez libre d’explorer le champ de possibilités créatives qui s’offre à vous.

Vous pouvez apprendre à composer une image correctement en expérimentant à partir de principes fondamentaux comme celui de la règle des tiers par exemple. Vous pouvez aussi laisser tout simplement votre spontanéité parler et observer ce qu’il en ressort. Le cadrage d’une photographie vous laisse d’ailleurs plus de flexibilité créative que celui d’une caméra.

Les plans d’un film se construisent par défaut selon une certaine horizontalité dont il peut être difficile de s’affranchir sans justification pertinente. On peut en effet choisir de “débuller” un plan, à condition de pouvoir justifier cette décision par une intention spécifique.

Plan débullé dans le film Star Trek

Gros malaise à bord du vaisseau Enterprise. 🙂

La photographie ne répond pas autant à ce type de contrainte. Elle vous permet même d’expérimenter la composition d’une image en portrait. Cela peut paraître inutile lorsqu’on souhaite faire du cinéma, mais pour ma part ça m’a permis d’apprendre à penser davantage “en dehors de la boîte” en terme de composition d’image. Par exemple, il m’est arrivé de considérer une photo en portrait comme une portion de composition d’un plan de film horizontal. Cela m’a permis non seulement de focaliser mon attention uniquement sur la portion que je voyais dans le champ de mon appareil, mais cela m’a aussi poussé à imaginer ce que je ne voyais pas. 😉

Plan du film Drive avec insertion d'un format photo portrait standard

Un apprentissage de la photographie accompagné d’une pratique plus ou moins régulière peut donc vous permettre de développer votre intuition visuelle.

Je vous avoue que je ne pratique pas non plus la photographie de manière soutenue. Il m’arrive de faire des sessions seul ou à plusieurs lorsque j’ai le temps et surtout l’envie. Je ne souhaite pas me forcer, afin que cela reste avant tout un loisir. 🙂

Pratiquer la photo est aussi un excellent moyen de prendre du recul par rapport à la création cinématographique. Faire un film – même très court – implique toujours un certain investissement personnel. Cela prend du temps, nécessite de l’argent, des gens, etc. Faire de la photo demande un investissement personnel bien inférieur. La photographie de manière générale est un art solitaire (et non collaboratif comme le cinéma) qui offre l’occasion de pouvoir se recentrer plus facilement sur soi et sur sa créativité dans sa forme la plus élémentaire.

Il est tout-à-fait possible de raconter une histoire riche de sens avec une image figée !

Un homme arrête une file de tanks sur la place Tiananmen

Ouvriers de New York qui déjeunent sur la poutre d'un gratte-ciel au-dessus du vide

C’est même un exercice que je vous encourage vivement à essayer (même avec votre téléphone si vous n’avez pas d’appareil photo dédié). Si vous êtes capables de raconter une histoire avec une seule image, vous aurez beaucoup plus de facilité à le faire sur une étendue de 24 images par seconde (23.97i/s est la fréquence d’images traditionnelle du cinéma).

Je vous encourage donc à vous promener de temps en temps dans des lieux fréquentés ( il vous faut des “personnages” pour raconter vos histoires 😛 ) et à faire des photos sans vous mettre la pression d’un quelconque résultat. Croyez-moi, vous pourriez avoir de bonnes surprises ! 😉 Vous pourriez peut-être même trouver de l’inspiration pour votre prochain film… qui sait ?! 😛

2. Développez votre intuition technique.

Il y a une anecdote de l’histoire du cinéma que j’aime beaucoup…

Sur le tournage du film La cinquième colonne, l’opérateur prise de vues s’est tourné vers Alfred Hitchcock pour lui demander s’il souhaitait regarder dans l’oeilleton de la caméra pour vérifier le cadrage.

Le cinéaste lui a simplement répondu la chose suivante :

Alfred Hitchcock

“Non merci jeune homme, je sais ce que c’est qu’une caméra.”
– Alfred Hitchcock –

Pour ma part, je trouve cette réponse extrêmement lourde de sens. Elle révèle les compétences réellement importantes qu’un cinéaste doit acquérir pour réaliser de meilleurs films. La compréhension des aspects techniques est une nécessité mais certainement pas une fin en soi !

Si tonton Alfred n’a pas besoin de regarder dans l’oeilleton de la caméra pour vérifier son plan, c’est parce qu’il est parvenu à développer ce que l’on peut appeler une intuition technique. Une intuition qui lui permet de savoir que pour faire le plan qu’il a en tête, il lui suffit de placer la caméra à un endroit X, dans une orientation Y avec une focale Z. Et c’est tout ce qu’il a besoin de savoir !

Apprendre et pratiquer la photographie peut justement vous aider à développer vous aussi votre intuition technique. Sur mes premiers tournages, j’avais un mal fou à décider de la distance la plus adaptée entre le sujet et la caméra, à placer et orienter la caméra et à déterminer de quelle focale j’avais réellement besoin pour faire chacun de mes plans. La pratique de la photo m’a énormément aider à y voir plus clair à ce niveau-là. Même avec une pratique pas toujours très régulière, j’ai fini par m’imprégner du résultat visuel obtenu et de la manière de l’obtenir. Je me suis constitué une sorte de base de données mentale qui me permet aujourd’hui d’être plus précis et plus efficace sur les tournages. Je ne vous cache pas que j’ai souvent fait des sessions photo avec des appareils que j’utilisais aussi pour filmer. Ce qui constitue un avantage énorme car le champ de vision avec lequel je m’exerce le plus souvent en photo reste le même en vidéo (si on met de côté le fait que le format vidéo traditionnel est un peu plus large que celui d’une photo paysage standard).

Note importante : il existe différents types de capteurs sur les appareils photos et caméras. Je ne vais pas rentrer dans les détails ici, mais sachez que le champ de vision d’un appareil ou d’une caméra dépend aussi de la taille de son capteur. Les plus grands capteurs offrent généralement un champ de vision plus large. Si vous faites de la photo avec un petit capteur, vous risquez d’être un peu déstabilisé par le champ de vision d’un capteur plus grand.

Mais je vous rassure, on s’y habitue beaucoup plus vite qu’on ne l’imagine 😉

comparaison champ de vision des différentscapteurs de cameras

Cette intuition technique vous permettra aussi de pouvoir anticiper vos choix en fonction de votre intention de mise en scène. Lorsque vous avez par exemple à faire un découpage technique, vous pouvez potentiellement être capable d’anticiper les choix de focales de chaque plan. Le choix de l’objectif à monter sur la caméra et de la focale à adopter, n’est pas un choix fait par le directeur de la photographie ( notez d’ailleurs que ce métier est appelé directeur de la photographie et pas directeur de la vidéo 😉 ). C’est avant tout au réalisateur de décider quelle focale correspond à chacun des plans qu’il souhaite réaliser.

Mais faites bien attention à bien justifier vos choix à ce niveau-là !

La focale ne détermine pas uniquement le champ de vision de la caméra, mais aussi (et surtout !) la forme de la perspective dans l’image.

L’unité de la focale en photo est le millimètre. Par exemple, une focale de 14 mm est considérée comme une focale courte et tend davantage à accentuer la perspective de l’image. Au contraire, une focale de 135 mm est considérée comme une focale longue et tend davantage à écraser la perspective. On considère généralement que la valeur 50 mm est la valeur médiane correspondante à la vision humaine. En pratique c’est un peu plus complexe, mais c’est déjà un bon principe théorique de base. 😉

Schéma du champ de vision des différentes focales

Accentuer ou écraser la perspective d’une image est bien plus qu’un simple choix technique.

On ne choisi pas une longue focale uniquement parce qu’on souhaite voir plus loin !

De la même manière, on ne choisi pas une focale courte parce qu’on souhaite filmer un sujet dans son ensemble mais qu’on n’a pas la possibilité de reculer physiquement sa caméra !

Le choix de la focale a une véritable répercussion sur la construction de l’image. Ce choix a donc une conséquence directe sur l’interprétation et le ressenti que l’on peut extraire de cette image.

Léon et Mathilda : comparaison entre focale longue et focale courte

Lorsque vous êtes amenés à faire un découpage technique, vous définissez votre intention de mise en scène plan par plan, séquence par séquence. Si vous avez une intuition technique assez précise, vous êtes non seulement capable de choisir vos valeurs de plans avec une certaine assurance, mais vous avez aussi la possibilité d’anticiper la profondeur donnée chaque plan en fonction de la focale choisie. Si vous travaillez aux côtés d’un directeur photo vous pourrez alors faciliter la communication avec lui sur les aspects techniques.

Et si vous atteignez un niveau d’intuition technique suffisant, vous pourrez peut-être même lui dire de manière un peu prétentieuse : “Écoute jeune homme, je sais ce que c’est qu’une caméra !” mdr 😀

L’intuition technique ne s’arrête pas au choix de la focale. Si vous prenez le temps d’apprendre et de pratiquer la photographie, vous aurez aussi l’occasion d’apprivoiser la lumière !

Vous faites du cinéma bordel de boudin aux pommes ! 😀

La lumière fait partie intégrante de votre support d’expression.

Apprivoiser la lumière n’implique pas nécessairement de devenir aussi qualifié et pointu qu’un directeur photo professionnel. Dans une équipe complète, chacun a son métier et son rôle à jouer au sein de la production. Et ça fonctionne très bien comme ça !

Mais si vous souhaitez faire du cinéma en partant de zéro, il vous faudra accepter d’endosser la responsabilité de plusieurs chefs de postes en même temps. Vous ferez ce qu’on appelle habituellement du “multi casquettes”. C’est une excellente occasion d’apprendre puisque vous expérimentez les responsabilités de plusieurs postes en même temps… dont celui de directeur photo 🙂

L’apprentissage et la pratique de la photo peuvent vous permettre d’anticiper de manière plus précise le résultat que vous pourrez obtenir, en fonction de la quantité de lumière, de son type (naturelle/artificielle), de sa manière de réagir dans un endroit donné, etc. etc.

Par exemple, lorsque vous serez amenez à faire des repérages pour trouver des lieux de tournage, vous pourrez vous assurez que la luminosité est bonne. Vous remarquerez d’ailleurs très certainement qu’il est souvent moins contraignant de gérer une faible luminosité en photographie qu’en vidéo. Mais ça c’est une autre histoire 🙂

3. Ajoutez simplement une corde à votre arc.

Apprendre la photo peut aussi tout simplement vous permettre d’élargir le panel de vos compétences.

En ce qui me concerne, j’ai bien entendu majoritairement travaillé sur des projets de films. Mais il m’est aussi arrivé quelques fois d’être sollicité pour mes compétences en photographique. D’ailleurs en écrivant ces lignes je me rends compte que je ne me suis même jamais vraiment vendu en tant que photographe professionnel. Les prestations que j’ai pu faire dans la photo, m’ont toutes été proposées par l’intermédiaire de relations dans l’audiovisuel. Je ne les ai jamais cherchées activement 😮

Des compétences en photographie peuvent donc toujours constituer un avantage non négligeable dans votre parcours professionnel de manière générale.

Gardez aussi à l’esprit que vous serez peut-être amené à louer des caméras pros plus conséquentes que des DSLR pour certains de vos tournages. La location permet généralement d’obtenir un rapport qualité/prix imbattable. Vous pouvez par exemple tourner un court-métrage avec une caméra Black Magic pour environ 150€/jour. Si le tournage s’étale sur deux ou trois jours, ça peut valoir le coup 😉

Black Magic Cinema Camera avec Follow Focus et Matte Box

Si vous n’avez jamais pris en mains une caméra de ce type mais que vous maîtrisez les bases de la photographie, vous pourrez normalement vous y retrouver après un petit temps d’adaptation. 🙂 Alors évidemment, je ne suis pas en train de vous dire que vous allez tout gérer les doigts dans le nez même si vous ne connaissez rien en vidéo hein ! 😛 Mais vous aurez au moins une base de connaissances relativement universelle sur laquelle vous appuyer.

Note importante : Si vous faites un film dans le cadre d’une production au budget restreint, je vous déconseille formellement de tourner avec des caméras lourdes. L’installation du plateau de tournage est beaucoup plus complexe et les fichiers vidéos sont généralement très conséquents et difficiles à gérer.
La postproduction peut rapidement devenir un vrai cauchemar !

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

L'accès privé à cette formation est 100% gratuit !

  • 1 module théorique pour comprendre l'intérêt de la mise en forme.
  • 1 module pratique dans lequel je corrige un scénario avec vous.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
  • 1 checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 module bonus dédié aux outils et logiciels d'écriture.
  • Ainsi que de nombreux conseils d'écriture complémentaires...

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?