[ANALYSE DE SCÉNARIO] Star Wars – Épisode 3 : La revanche des Sith.

 

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Bienvenue dans cette analyse du parcours initiatique de Anakin Skywalker dans l’épisode 3 de la saga Star Wars. L’analyse qui suit est la sixième dans le dossier consacré à l’étude du voyage du héros au sein de la saga. Si vous n’avez pas vu/lu la première partie, vous risquez peut-être de ne pas comprendre tout ce qui va suivre dans sa totalité. Avant de commencer, je vous encourage donc à visionner ou à lire ou à visionner l’introduction, dans laquelle vous trouverez toutes les clés de compréhension nécessaires.

Pour déterminer de manière plus ou moins objective la force du mythe de Star Wars, je vous ai donc proposé d’analyser la construction de nos héros : Luke, Anakin, Finn et Rey. Ceci en suivant les étapes narratives établies par Christopher Vogler sur la base des recherches de Campbell et de sa théorie du monomythe. Le but étant d’analyser la pertinence de l’utilisation de ces étapes et de mesurer la qualité de l’élixir. Autrement dit, l’enseignement reçu par chacun des héros, lors de leurs parcours initiatiques.
Nous comptabiliserons donc tous les enseignements positifs en bleu. Les enseignements erronés ou les utilisations non pertinentes des étapes ou des archétypes, seront comptabilisées en rouge.

Toutes les parties du dossier :

  1. Introduction : Monomythe et voyage du héros.
  2. Le voyage de Luke dans l’épisode 4 : Un nouvel espoir.
  3. Le voyage de Luke dans l’épisode 5 : L’Empire contre-attaque.
  4. Le voyage de Luke dans l’épisode 6 : Le retour du Jedi.
  5. Le voyage de Anakin dans l’épisode 1 : La menace fantôme.
  6. Le voyage de Anakin dans l’épisode 2 : L’attaque des clones.
  7. Le voyage de Anakin dans l’épisode 3 : La revanche des Sith.
  8. Star Wars episode 7… a-t-il tué le mythe ? (à paraître bientôt)



Bienvenue à vous dans cette dernière analyse consacrée à la saga de George Lucas.
Dans cette partie consacrée à l’épisode 3 on ne va pas revenir sur la construction du voyage du héros traditionnel ni sur celle du héros tragique. Toutes les notions d’appels contradictoires, d’aventures tragique et bénéfique, de mentors multiples, de personnages protéiformes, d’Hamartia, d’Hybris et de Némésis, doivent être comprises au moins de façon élémentaire pour pouvoir apprécier cette analyse.

Si ce n’est pas le cas, je vous encourage très vivement à visionner l’introduction de ce dossier et à revenir également sur le voyage de Luke avant celui de Anakin.

Bon… Il est temps de conclure l’analyse du parcours initiatique de Anakin avec l’épisode 3 : La revanche des Sith.

1. Monde ordinaire

La guerre des clones constitue le monde ordinaire de notre héros et de son mentor. Dès le début de cet épisode on apprend que Anakin et Obi-Wan ont désormais des grades militaires. Ils ont beau être des Jedi dont la vocation première est de maintenir la paix dans la galaxie, la guerre les a invités malgré eux à prendre part au conflit.
Exactement comme l’épisode 6, l’épisode 3 commence par une mission de sauvetage. Là où l’épisode 6 concentrait tous les enjeux de l’intrigue sur la libération de Han Solo, l’épisode 3 met en danger Palpatine. Contrairement à Han Solo qui était malgré lui fait prisonnier, il s’agit ici d’un plan prémédité par le chancelier.
Le début de l’épisode 6 a pour objectif premier de résoudre les questions laissées en suspens à la fin de l’épisode 5.
Le début de l’épisode 3 tient un rôle assez similaire. À la fin de l’épisode 2, la guerre des clones commence et le compte Dooku parvient à s’enfuir en réussissant à vaincre Anakin et Obi-Wan dans un premier temps, et Yoda dans un second temps. L’épisode 3 conclut la guerre des clones, et replace dès son introduction, Anakin et Obi-Wan face au compte Dooku. Le déroulement et l’issue de ce nouvel affrontement sont assez différents de celui de la fin de l’épisode précédent. Anakin accepte tout-à-fait l’idée de ne pas affronter seul le compte Dooku. Notre héros prouve donc qu’il a finalement retenu la leçon de son premier échec. Mais l’issue de l’affrontement tend à remettre en question l’utilité de l’aide d’Obi-Wan. Anakin parvient à vaincre seul le compte Dooku, sans l’aide de son mentor. Ce dernier perd même assez rapidement le combat et devient finalement un fardeau pour notre héros, qui doit désormais lui sauver la vie. Comme dans l’épisode 6, lorsque Luke doit traîner son père pendant que l’étoile de la Mort s’effondre sur elle-même, Anakin doit porter Obi-Wan pendant que le croiseur fait face aux aléas d’une bataille spatiale. En définitive, la situation tend à confirmer à Anakin qu’il est non seulement capable de se passer de l’aide de son mentor, mais que la survie de celui-ci dépend désormais directement de lui. La relation entre le mentor et son élève évolue dans une logique similaire à celle mise en place dans l’épisode 2. À la seule différence près, que dans l’épisode 3, ce déséquilibre est presque considéré comme la normalité. D’ailleurs, même au tout début de l’épisode 3, Anakin porte déjà secours à Obi-Wan en le débarrassant des droïdes qui attaquent son vaisseau. Le rôle de Obi-Wan dans l’épisode 3 devient donc davantage celui d’un allié que celui d’un véritable mentor. Ils se considèrent d’ailleurs comme des frères, et non plus comme un père et son fils spirituel.
Anakin parvient donc à vaincre le compte Dooku. Celui-ci ne manque d’ailleurs pas de l’inciter à la haine, comme le font Vador et l’empereur dans l’épisode 6 à l’égard de Luke. Notre héros se retrouve donc dans une situation assez similaire à celle que Luke vit à la fin de l’épisode 6, puisque Palpatine l’incite à achever le compte Dooku, comme il demande à Luke d’achever son père en laissant sa colère, sa haine et son agressivité prendre le dessus. Là où Luke parvient à maîtriser sa part d’ombre, Anakin se laisse guider par l’influence du chancelier, tout en sachant pertinemment qu’il transgresse les préceptes de l’Ordre Jedi. Notre héros autorise donc une nouvelle fois ses émotions à prendre le dessus sur sa raison. Tout ce qu’il ne faut évidemment pas faire. Cet demande du chancelier, représente la toute première épreuve que celui-ci fait passer à Anakin, pour le préparer à accepter l’appel du côté obscur.
Anakin libère donc Palpatine et ils s’enfuient tous les trois avec Obi-Wan toujours inconscient. Ils se retrouvent finalement bloqués par un champ de force. Un passage qui fait directement écho à l’enclos du Rancor au début de l’épisode 6. Comme dans l’épisode 6, il s’agit ici d’une erreur assez bête. Anakin dit lui-même qu’il ne comprend pas comment ils ont pu se laisser avoir aussi facilement. Remarque intéressante qui peut tout-à-fait être associée à Luke dans l’épisode 6. Comment a-t-il pu se faire avoir aussi facilement alors qu’il est désormais un Jedi presque accompli ? Tout simplement en se montrant trop confiant sur ses capacités, au point d’ignorer certains risques comme celui de la présence d’une trappe sous ses pieds. Luke parvient à s’en sortir grâce à l’une des leçons fondamentales de son enseignement : celle de privilégier la force de l’esprit sur la force brute. Dans l’épisode 3, Anakin se base également sur une des leçons fondamentales de son enseignement Jedi : faire preuve de patience. Il est convaincu que R2-D2 arrivera d’un instant à l’autre pour les libérer. Malheureusement pour lui, les circonstances lui prouvent que la patience ne suffira pas à les sortir de cette situation. Un échec qui fait une nouvelle fois écho à l’épisode 6, lorsque Luke se montre trop confiant par rapport à Jabba, et que celui-ci lui offre un aller simple dans l’enclos du Rancor. Tout cela met en avant une leçon d’ailleurs assez globale à toute la saga de George Lucas : celle de ne pas se montrer trop confiant par rapport à ce que nous réserve l’avenir. Comme on a pu l’aborder dans l’analyse de l’épisode 2, Anakin et Luke ont tous les deux plus ou moins la même faille : faire preuve d’un excès de confiance en eux de manière récurrente. C’est leur Hamartia à tous les deux, mais là où Luke accepte de se remettre en question, Anakin fini par commettre l’Hybris. J’insiste sur ce point parce que la suite des événements met en place une situation relativement similaire à celle du début de l’épisode 6.
Dans l’épisode 6, Luke et ses alliés sont voués à une mort quasi certaine. Mais Luke a prévu un plan d’évasion. R2-D2 détient son sabre et est prêt à lui envoyer à son signal. C’est à ce moment-là que Luke commet une erreur dans son parcours initiatique. Il se montre arrogant à l’égard de Jabba en basant sa confiance sur la certitude de sa supériorité. Le héros et ses alliés parviennent pourtant à s’en sortir sains et saufs. On peut donc dire que Luke réussi cette épreuve de manière plutôt illégitime par rapport à son enseignement et à son expérience.
Dans l’épisode 3, Anakin et Obi-Wan sont fait prisonniers par le général Grievous et leur sort à tous les deux, paraît s’engager dans une direction assez peu favorable à leur survie. Leur plan d’évasion est sensiblement le même que dans l’épisode 6. R2-D2 est prêt à envoyer une décharge électrique à leur signal. Anakin provoque légèrement Grievous, mais Obi-Wan l’invite à ne pas trop l’énerver et lui rappelle qu’ils ont toujours une mission à accomplir. Anakin fait donc preuve d’arrogance, exactement comme Luke face à Jabba. L’orgueil de Anakin est précisément ce qui le conduit à sa perte. Il n’y a donc pas besoin de mettre un point au compteur rouge. Il suffit de considérer la situation par principe cathartique. Anakin réussi peut-être cette épreuve sans comprendre l’idée que l’arrogance ne paie pas, mais cela ne l’empêchera pas de sombrer justement à cause de son orgueil.
Mais ce qui me semble vraiment intéressant dans ce passage, c’est que Anakin n’est pas le seul à faire preuve d’un excès de confiance à l’égard de la situation. Obi-Wan tend lui aussi à provoquer Grievous en lui assurant que ce dernier ne s’échappera pas cette fois-ci. En réalité, Obi-Wan fait surtout une erreur de jugement par rapport à l’issue de la situation. Il prouve par son attitude qu’il se montre trop confiant sur ce que leur réserve l’avenir. Le mentor de notre héros se place donc dans une position assez particulière. Il demande à Anakin de ne pas faire preuve d’arrogance, mais fait lui-même l’erreur de se montrer trop confiant.
Anakin, Obi-Wan et Palpatine finissent donc par s’en sortir. Grievous s’est échappé, mais la mission de sauvetage est un succès. Notre héros fait preuve d’humilité par rapport à son mentor en lui accordant le mérite de sa réussite. C’est là un des seuls moments du film qui rétabli l’équilibre dans la hiérarchie entre le mentor et son élève. Même le placement des personnages dans la scène aide à appuyer cette hiérarchie. Celle-ci sera d’ailleurs complètement inversée par la suite lorsque Obi-Wan quittera Coruscant pour partir sur les traces du général Grievous. L’intention de ce premier échange entre notre héros et son mentor, est certainement de montrer le Jedi que Anakin aurait pu devenir s’il était resté humble et responsable. Même en ayant conscience que ses capacités sont supérieures à celles de Obi-Wan, dans cette scène il ne perd pas de vue l’idée qu’il s’agit toujours de son mentor. Celui qui l’a justement aidé à de devenir ce qu’il est. Mettant ainsi en avant l’idée assez simple mais essentielle que malgré ses capacités, l’élève doit faire preuve d’humilité et ne pas se croire au-dessus de tout apprentissage. Une leçon que l’on trouve déjà dans l’épisode 5.

2. Appel de l’aventure

L’appel de l’aventure présente ici une configuration structurellement similaire à celle de l’épisode 2. On revient sur l’idée de deux appels contradictoires qui présentent à notre héros la possibilité de deux aventures. L’une des aventures amène notre héros sur le chemin du côté lumineux, tandis que l’autre l’amène sur le chemin du côté obscur. Tôt ou tard, il doit faire un choix entre l’une ou l’autre de ces deux aventures.
Dans l’épisode 3, l’aventure “responsable” et bénéfique, consiste à suivre les préceptes de l’enseignement Jedi et à maintenir la paix au sein de la galaxie.
L’aventure “émotionnelle” et tragique, consiste à sauver Padmé d’une mort tout-à-fait incertaine, et à prétendre ramener la paix au sein de la galaxie.
La différence entre ces deux appels contradictoires et ceux de l’épisode 2, est que cette fois-ci seulement l’un d’entre eux est bel et bien réel.
L’appel de l’aventure “émotionnelle” et tragique, n’est qu’une illusion issue de l’esprit de Anakin. Différence très importante pour la suite !
Le voyage de Luke dans l’épisode 6, repose en grande partie sur l’idée que toute vérité dépend du point de vue que l’on porte sur elle. Si Luke n’avait pas défendu avec conviction l’idée qu’il restait une chance de sauver son père, ce dernier n’aurait peut-être jamais obtenu sa rédemption. La vérité acceptée par Luke, aurait donc donné lieu à une toute autre réalité.
Dans l’épisode 3, le véritable incident déclencheur qui vient perturber l’équilibre du monde ordinaire de Anakin, c’est l’annonce que Padmé est enceinte. Autrement dit, un événement bien réel. L’attachement de Anakin envers Padmé, et par extension, sa PEUR de la perdre, se trouvent donc accentués de manière inattendue. Ce qui rend naturellement la personnalité de notre héros encore plus vulnérable à la tentation du côté obscur. Anakin fait donc son premier cauchemar, dans lequel il voit sa bien aimée mourir en donnant la vie. Rappelez-vous de l’enseignement de Qui-Gon Jinn dans l’épisode 1 : « Ton attention détermine ta réalité ! ». En considérant ce cauchemar au même titre qu’une prémonition, notre héros se créé lui-même l’illusion d’une aventure. À partir de ce moment-là, Anakin défend malgré lui, la vérité selon laquelle Padmé va effectivement mourir en donnant la vie.
L’épisode 6 avance l’idée que la vérité dépend du point de vue que l’on porte sur elle, pour pousser Luke à faire admettre à son père une réalité. Celle qu’il y a encore du bon en lui. L’épisode 3 utilise exactement la même idée, pour amener Anakin à s’enfermer dans une illusion. Celle qu’il doit tout mettre en œuvre pour sauver sa bien-aimée. Parce que Anakin s’obstine à croire cette illusion, elle devient finalement une réalité.

L’obstination de Anakin est d’ailleurs un élément essentiel pour comprendre la logique narrative de l’étape de l’acceptation de l’appel.

3. Acceptation de l’appel

Dans son ouvrage consacré au voyage du héros, Christopher Vogler explique que : Le refus obstiné de l’appel de l’aventure, mène à la tragédie.
ll illustre d’ailleurs cet exemple avec un personnage de la Genèse : la femme de Loth.
L’histoire de la femme de Loth est la suivante :
Dieu dit à Loth d’emmener sa famille loin de la ville de Sodome, car celle-ci allait être détruite. Il leur ordonna de partir sans regarder derrière eux. Loth et sa famille quittèrent la ville, mais la femme de Loth s’arrêta. Elle regarda derrière elle, la ville de Sodome qui brûlait. Alors la femme devint une colonne de sel pour avoir désobéit à l’ordre de Dieu.
La désobéissance de la femme de Loth par rapport à Dieu, exprime un refus de l’appel. Dieu l’appel à ne pas se retourner pour son bien, mais elle s’obstine tout de même à le faire et donne ainsi à sa destinée une conclusion funeste.

Le refus obstiné, mène donc à la tragédie. Bien entendu, il s’agit du refus de l’appel de l’aventure bénéfique pour le héros. Parce que Anakin refuse l’appel de son aventure bénéfique, il fini par répondre malgré lui à l’appel de son aventure tragique. Il refuse ainsi d’accepter l’idée que l’aventure qu’il s’est lui-même créée n’est qu’une illusion.

Les premiers signes de l’obstination de Anakin apparaissent lors de son entretien avec l’un de ses mentors blancs : Yoda.

4. Rencontre avec le mentor

Le premier conseil que ce mentor blanc donne à notre héros, est de se méfier des prédictions que l’on peut faire de l’avenir, car celui-ci est toujours en mouvement. Il donne d’ailleurs le même conseil à Luke dans l’épisode 5…. que j’ai oublié de compter dans les points d’élixir. Mais ne vous en faites pas. On verra ensemble un peu plus loin que ça n’a finalement pas une si grande importance que ça.
Quoiqu’il en soit, Yoda invite notre héros à ne pas se conforter dans l’illusion qu’il peut tout anticiper et tout contrôler. Il lui recommande ainsi d’exercer son esprit à lâcher prise, en le mettant en garde sur le fait que la peur de perdre un être cher, mène au côté obscur.
Mais Anakin s’obstine dans l’idée qu’il ne laissera pas ses visions devenir une réalité. Yoda lui donne alors une leçon similaire à celle qu’il donne à Luke dans l’épisode 6 : la mort fait partie de la vie, tôt ou tard il faut l’accepter. Le mentor de notre héros l’invite donc à se méfier de l’attachement, car il peut constituer le premier pas vers la jalousie et la convoitise.

Anakin semble plutôt réticent à l’idée de suivre les conseils de Yoda, et à répondre ainsi à l’appel de son aventure bénéfique.

Obi-Wan reprend également le rôle qu’il jouait par rapport à Luke dans l’épisode 6. Il donne à Anakin exactement la même recommandation que celle qu’il donne à Luke : se méfier de l’influence que Palpatine peut avoir sur lui. Étant donné qu’on connaît déjà la fin de l’histoire, on sait quelle influence aura Palpatine sur Anakin en profitant de sa vulnérabilité. On revient donc ici sur l’idée qu’il ne faut jamais exposer ses faiblesses émotionnelles à une personne mal intentionnée.

C’est donc précisément à ce moment-là que le chancelier Palpatine entre réellement en jeu. C’est aussi à partir de ce moment-là que la logique narrative devient un peu plus complexe…

Le but ultime de Palpatine est de faire de Anakin son nouvel apprenti pour qu’ils puissent tous les deux régner sur la galaxie. Pour parvenir à ses fins, le futur empereur soumet une nouvelle fois notre héros à la tentation. Il exploite évidemment l’attachement émotionnel de Anakin à l’égard de Padmé, pour le faire céder à la tentation du côté obscur de la Force. Mais Palpatine ne se contente pas d’exploiter l’attachement de Anakin. Il manipule également son point de vue de la vérité. Au point même de lui faire reconsidérer la légitimité des Jedi au sein de la République.

Avant d’aller plus loin, je vous propose de laisser notre héros de côté et de nous pencher plus en détail sur le personnage de Palpatine. Plus particulièrement sur la stratégie de manipulation qui lui permet d’obtenir tout ce qu’il veut. En réalité, son mode opératoire est toujours le même. C’est en quelque sorte sa signature.

Mesdames et messieurs, le très très machiavélique professeur Palpatine vous propose un petit cours de manipulation en cinq étapes…

Étape n°1 : créer un conflit à partir de rien.
Étape n°2 : faire croire à votre victime que vous êtes de son côté.
Étape n°3 : focaliser l’attention de votre victime sur une solution qui sert vos intérêts.
Étape n°4 : donner à votre victime l’illusion d’un choix décisif absolu.
Étape n°5 : profiter des intérêts en faisant croire que vous faites preuve d’abnégation.

Dans l’idéal, il faut pouvoir instaurer un climat de confiance avec votre victime, pour que cette dernière suive vos recommandations sans douter une seule seconde de leur bien fondé.
Si cette approche ne fonctionne pas, vous pouvez aussi vous placer vous-même en tant que victime. En suppliant la véritable victime de votre plan très très machiavélique, vous lui ferez croire que vous dépendez entièrement d’elle et vous pourrez en prime, flatter son égo.
Si la victime est toujours réticente, n’hésitez surtout pas à exploiter un ou plusieurs de ses points faibles. Le point faible préféré du très très machiavélique professeur Palpatine, c’est bien entendu la peur ! Un super point faible qui peut même pousser plus facilement les victimes vers le côté obscur de la Force. Que demander de plus ?

Bien entendu, rien ne vous interdit de combiner les approches. Essayez donc de vous positionner en tant que victime face à une personne qui vous accorde sa confiance et que vous pouvez influencer à tout moment en exploitant un point faible précis… Vous ferez un carton assuré !

La stratégie de manipulation de Palpatine

Prenons un cas d’application pratique de cette stratégie sur le personnage de Padmé dans l’épisode 1 par exemple.

Étape n°1 : Palpatine créé un conflit entre la fédération du commerce et le peuple de Naboo.
Étape n°2 : Il fait croire à Padmé qu’il est de son côté.
Étape n°3 : Il propose de voter une motion de censure pour démettre le chancelier Valorum de ses fonctions et élire un nouveau leader à sa place.
Étape n°4 : Il s’assure que sa solution est adoptée par Padmé en exploitant sa peur de laisser son peuple mourir à cause de l’inefficience du système politique.
Étape n°5 : Padmé vote la motion de censure. Valorum dégage et Palpatine prend sa place.

Échec et Mat.

Prenons un deuxième cas d’application pratique, toujours sur le personnage de Padmé, mais dans l’épisode 2.

Étape n°1 : Palpatine planifie un attentat à l’encontre de la sénatrice. Il entretien ainsi le conflit entre les séparatistes et la République.
Étape n°2 : Il fait semblant de s’inquiéter sincèrement pour la sécurité de Padmé.
Étape n°3 : Il propose de faire appel à Obi-Wan et Anakin pour assurer sa protection.
Étape n°4 : Il s’assure que sa solution est adoptée par Padmé en exploitant sa peur.
Étape n°5 : Padmé fait appel à Obi-Wan et Anakin. Anakin est soumis à la tentation de l’attachement. Échec.
Retour à l’étape n°1 : Palpatine alimente à nouveau le conflit qu’il a créé. Il envoie deux chasseurs de prime pour assassiner la sénatrice. Le conseil Jedi fait évoluer sa décision et décide de placer Padmé sous la protection de Anakin. Le conseil laisse ainsi l’occasion à ces derniers de se rapprocher et de céder à l’attachement émotionnel, au dépens de leurs responsabilités respectives.

Échec et mat.

Prenons un troisième exemple d’application de cette stratégie, cette fois-ci à l’échelle de la prélogie.

Étape n°1 : Palpatine créé une guerre entre la République et les séparatistes.
Étape n°2 : Il prétend défendre les intérêts de la démocratie et la cause des Jedi.
Étape n°3 : Il offre une armée de clones à la République.
Étape n°4 : Il s’arrange pour obtenir les pleins pouvoirs en prétextant qu’il les rendra une fois la guerre terminée.
Étape n°5 : Les clones exécutent la grande purge Jedi. Anakin devenu Dark Vador participe au massacre, et Palpatine proclame la naissance de son empire galactique.

Échec et mat.
Enfin pas tout-à-fait ! Mais ça… c’est une histoire pour un autre temps.

Si je prends la peine de mettre en avant la stratégie de manipulation de Palpatine, c’est parce que la compréhension de cette stratégie permet la compréhension de l’engrenage qui amène Anakin sur le chemin de sa tragédie. Dans l’épisode 2, mais aussi et surtout dans l’épisode 3. Le héros tragique est victime de la fatalité ou d’une force supérieure qui l’amène malgré lui à sa perte. Dans les épisodes 2 et 3, cette autorité s’incarne bien entendu à travers le mentor noir Palpatine.
Dans l’épisode 2, Palpatine exploite le conflit entre les séparatistes et la sénatrice Amidala, pour rapprocher celle-ci de Anakin et les faire céder tous les deux à leur attachement mutuel.
Dans l’épisode 3, Palpatine exploite la vulnérabilité de Anakin pour créer et alimenter un conflit intérieur. Ce conflit intérieur auquel fait face Anakin, le pousse finalement à l’obstination. Cette obstination le pousse à son tour à accepter malgré lui l’appel de son aventure tragique et à refuser celui de l’aventure bénéfique. Palpatine fait donc en sorte que Anakin suive son aventure tragique jusqu’au bout, en manipulant son point de vue sur la vérité, pour qu’il prenne la mauvaise décision lorsqu’il se retrouve devant un choix décisif absolu. Pour parvenir à ses fins, Palpatine combine toutes les approches mentionnées précédemment. Il instaure un climat de confiance avec Anakin sur plusieurs années dès sa plus tendre enfance. Il se place ensuite en tant que victime par rapport aux Jedi et exploite finalement sa peur de perdre Padmé. Autrement dit, Anakin se prend la stratégie de manipulation du très très machiavélique Palpatine en pleine gueule et en mode Super Uber Strike !

Bref !
Pour mettre les choses au clair, je vous propose de continuer l’analyse du voyage de Anakin dans l’épisode 3, tout en suivant les étapes de la stratégie de manipulation de Palpatine.

Étape n°1 : Créer un conflit à partir de rien.

Anakin a déjà un premier conflit intérieur à gérer. Il ne sait pas quoi faire pour sauver sa bien-aimée. Ce qui laisse à Palpatine le loisir d’exploiter le point faible de son attachement émotionnel et de sa peur de perdre Padmé. Mais Palpatine ne commence pas par exploiter directement l’attachement émotionnel. Il l’utilise plus tard pour créer l’illusion d’un choix décisif et absolu.

Palpatine commence par nommer Anakin pour qu’il soit son représentant personnel au conseil Jedi. En prenant cette décision, Palpatine conforte Anakin dans l’illusion qu’il mérite désormais le rang de maître Jedi. Il flatte son égo et entretien par la même occasion la confiance de sa relation avec lui. Anakin ne le réalise pas encore, mais il vient de passer malgré lui… le premier seuil de son aventure !

5. Passage du premier seuil

Le conseil Jedi, et plus particulièrement Windu, décide de ne pas accorder à Anakin le rang de maître. Cette décision alimente évidemment le conflit intérieur de notre héros, qui se confronte pour la première fois à la nature tout-à-fait illégitime de sa réussite. Il en résulte un sentiment de frustration et d’injustice à son égard.

Palpatine parvient non seulement à créer une frustration forte chez Anakin, mais il tend à remettre également en question la hiérarchie entre l’institution mentorale, et l’élève. Il pousse le héros à se montrer arrogant, à l’égard de ceux qui lui ont donné la chance de devenir un jour un Jedi. L’attitude de Anakin à ce moment-là, annule ainsi complètement l’humilité dont il faisait preuve face à Obi-Wan lors de leur retour au Sénat après la mission de sauvetage. Notre héros ne respecte donc plus vraiment… la part de chance que lui a accordé le destin.

Le passage du premier seuil suit ici une logique similaire à celle de l’épisode 6.
À la seule différence que le principe de tromperie et la position du héros sont totalement inversés.
Je m’explique…
Dans l’épisode 6, le héros et ses alliés parviennent à tromper l’Empire en lui faisant croire qu’il sont de son côté. Juste avant le contrôle impérial, Luke reconsidère sa propre décision d’avoir accompagner ses alliés, convaincu que sa présence met la mission en péril. Autrement dit, il est convaincu qu’il n’a pas sa place parmi eux. Alors qu’au final, ils parviennent tout de même à passer.
Dans l’épisode 3, Palpatine (le futur empereur) parvient à tromper le héros (qui défend finalement la même cause que celle défendue par la rébellion bien plus tard) en lui faisant croire qu’il est de son côté et que ses alliés sont les véritables ennemis. Juste après sa nomination au conseil, Anakin reconsidère la décision des Jedi et non pas la sienne. Autrement dit, notre héros est convaincu qu’il mérite sa place parmi eux. Alors qu’au final, il aurait du refuser sa nomination en admettant que celle-ci n’était tout simplement pas légitime.

La décision de Anakin d’accepter la nomination du chancelier, montre que notre héros commence à tourner le dos à son enseignement. Il oublie sa raison et laisse ses émotions le guider aveuglément vers une attitude passionnelle et possessive. Obi-Wan ne manque d’ailleurs pas de lui rappeler de ne pas se focaliser sur le négatif, et d’accepter que même s’il n’a pas demandé explicitement à siéger au conseil Jedi, c’est malgré tout… ce qu’il voulait !
Rappelez-vous de la fin de l’épisode 2. Anakin obtient ce qu’il veut, au détriment de ses responsabilités de padawan. Il échoue sa quête responsable mais n’en tire aucun enseignement et se conforte dans l’idée qu’il a malgré tout réussi, de son point de vue à lui.
La frustration de Anakin dans l’épisode 3, vient donc de son incapacité à comprendre qu’il veut quelque chose que ses responsabilités actuelles ne lui permettent pas d’obtenir. En d’autres mots, il essaie de grandir trop vite et oublie ainsi la leçon que Padmé tente de lui transmettre dans l’épisode 2.
Et c’est justement ce que cherche à faire Palpatine !
Il pousse Anakin vers la possession de quelque chose, en l’occurrence celle d’un statut qui lui donne de l’importance, pour l’inciter à adopter une attitude passionnelle, en lui instillant la peur de ne pas obtenir ce qu’il veut. Le chancelier entretien donc le conflit intérieur de Anakin en le poussant à la convoitise. Le comble de l’ironie, c’est que plus tard dans le film, le mentor noir de notre héros, lui rappelle justement que quiconque détient un pouvoir a peur de le perdre. Anakin refuse alors de voir qu’il est lui-même dans cette situation. Mais il accepte sans problème la leçon transmise par Palpatine, lorsqu’il s’agit de remettre en question le pouvoir et la position du conseil Jedi au sein de la République. Encore une fois, il remet en question les autres, plutôt que sa propre personne.

6. Découverte du monde extraordinaire

Étape n°2 : Faire croire à votre victime que vous êtes de son côté.

En prenant la décision de nommer Anakin comme son représentant personnel, Palpatine fait en réalité d’une pierre deux coups. Non seulement il oriente Anakin vers une attitude possessive et passionnelle, en attisant le conflit intérieur de sa frustration, mais il l’amène aussi indirectement à douter de la loyauté des Jedi envers la République. Ceci dans l’intention très claire de manipuler son point de vue sur la vérité, et de le rallier progressivement à sa cause. Palpatine anticipe évidemment les soupçons de la part du conseil à son égard et créé ainsi un nouveau conflit, cette fois-ci entre lui et le conseil Jedi. Un conflit sur lequel il compte bien évidemment avoir l’ascendant. Palpatine incite le conseil Jedi à aller au-delà des limites de son pouvoir, et Anakin constitue justement le meilleur candidat envisageable pour transgresser ces limites. En le nommant de manière illégitime au conseil, Palpatine prouve de manière évidente aux Jedi, que Anakin et lui-même entretiennent une relation proche. Ce qui n’est d’ailleurs plus un secret pour Obi-Wan et Padmé depuis déjà un bon moment. Anakin est donc encore une fois malgré lui, victime de sa situation.
Obi-Wan lui demande, au nom du conseil, de placer le chancelier sous surveillance de manière officieuse. Ce qui amène naturellement Anakin à remettre en question la confiance qu’il accorde aux Jedi. Autrement dit, son point de vue de la vérité.
Le problème, c’est que notre héros se met à croire un ensemble de vérités qui n’en sont pas réellement.
Obi-Wan le met en garde par rapport à son ami le chancelier, et lui rappelle que prêter allégeance à une institution politique, et prêter allégeance à la personne qui est censée représenter cette institution, sont deux choses totalement différentes.
Padmé invite également Anakin à reconsidérer son point de vue sur la République. Elle avance l’argument selon lequel le mal contre lequel ils s’efforcent de lutter, n’est peut-être pas celui qu’ils croient. Appuyant ainsi l’idée qu’il ne faut pas se fier aux apparences, qu’une menace peut se cacher sous un visage inattendu, et qu’il ne faut jamais avoir peur de remettre en question ses propres certitudes. Ceci afin d’éviter de mettre sa confiance au service d’une conviction qui paraît juste, mais qui en réalité, ne l’est pas.
Ce que je trouve assez intéressant, c’est que dans la scène qui suit l’échange avec Padmé, Palpatine avance exactement le même argument.
Padmé invite Anakin à reconsidérer son point de vue, pour pouvoir identifier la source du mal qui tend à corrompre la démocratie.
Palpatine invite Anakin à reconsidérer sa vision du bien, pour le préparer à trahir les Jedi. Malheureusement, l’influence du mentor noir fini par dépasser celle des mentors blancs.

7. Rencontre avec le mentor

Palpatine profite ainsi de sa longue entrevue avec Anakin, pour continuer à manipuler son point de vue sur ce qui est bien et ce qui est mal. Le chancelier tente donc de convaincre le héros que les Jedi ne sont peut-être pas aussi irréprochables qu’ils le prétendent, et qu’au final, ils ne sont pas si différents des Sith. L’aspect extrêmement vicieux de cette conversation, réside dans le fait que les arguments avancés par Palpatine, sont tous des arguments justes et pertinents. Ce ne sont pas les arguments qui sont à remettre en question, mais l’usage qui en est fait et la vérité qu’ils tendent à défendre.
À contrario, tous les arguments avancés par Anakin, sont des arguments strictement issus de la doctrine Jedi, que notre héros utilise comme un système de défense automatique, sans pour autant laisser l’impression qu’il y croit vraiment lui-même. Détail qui me paraît très important, car celui-ci prouve que, contrairement à Luke, Anakin ne parvient pas à s’émanciper de l’enseignement de ses mentors pour se construire selon sa propre initiative. Anakin présente donc déjà les signes d’une certaine tendance à raisonner dans l’absolu.
Palpatine devine que Anakin a été mandaté par le conseil pour l’espionner et fait ainsi échouer notre héros à l’une des épreuves de son aventure responsable. Palpatine se place ensuite en tant que victime, en posant dans l’esprit de Anakin l’idée que les Jedi montent un complot pour le trahir. Il en profite également pour remettre en question la légitimité de la demande du conseil à l’égard de Anakin. Appuyant ainsi une leçon tout-à-fait juste. Celle de ne pas obéïr aveuglement aux directives d’une autorité en place. Une leçon qui a toutefois une ambiguïté non négligeable. Elle peut aussi bien inviter à une remise en question saine et responsable de l’autorité, qu’à un comportement dissident et subversif. Le chancelier profite évidemment de cette ambiguïté. Il manipule le point de vue de Anakin en le faisant passer pour un vulgaire pion qui n’est pas utilisé à sa juste valeur. Encore une énorme ironie, puisque c’est exactement ce que fait Palpatine à l’égard de Anakin. Il le manipule comme un pion.

Étape n°3 : focaliser l’attention de votre victime sur une solution qui sert vos intérêts.

C’est le moment pour Palpatine de commencer à se présenter comme la solution ultime du problème de Anakin. Il lui raconte donc la tragédie du grand seigneur Sith Dark Plagueis. Le mentor noir de notre héros, en profite pour mettre subtilement en avant l’idée que l’enseignement des Jedi est trop limité pour permettre à Anakin de sauver Padmé. Il prépare par la même occasion Anakin à se conforter dans l’idée que le conseil refuse de lui révéler certains aspects de la Force qui pourraient lui permettre de devenir le Jedi qu’il espère réellement devenir. Notre héros commence à se convaincre qu’en allant au-delà du champ d’apprentissage habituel des Jedi, il serait donc capable de surpasser tous les autres Jedi. Palpatine se montre encore une fois extrêmement malin, car il sait pertinemment que ce qu’il propose à Anakin, constitue pour ce dernier une réponse à sa peur et à sa frustration. Il lui présente déjà le côté obscur comme une solution idéale en tous points. Non seulement pour sauver sa bien-aimée, mais aussi pour pallier sa frustration de ne pas avoir été promu au rang de maître. Mais Anakin fait preuve d’un manque de discernement qui lui sera fatal. Il refuse de voir qu’il s’oriente malgré lui vers une démarche égoïste de possession, en s’obstinant à vouloir résoudre un problème qui n’est qu’une illusion.

Palpatine réussi donc à créer une confusion dans l’esprit de Anakin. Ce dernier s’excuse malgré tout auprès de son maître Obi-Wan, mais son calme apparent cache en réalité un conflit intérieur déjà bien en place. Il fait face à la frustration de ne pas avoir ce qu’il veut, mais sait qu’il ne devrait pas s’abandonner à une attitude passionnelle et possessive. Ce qu’il fait pourtant bien malgré lui, en faisant preuve de jalousie lorsqu’il apprend que Obi-Wan a rendu visite à Padmé. Elle lui rappelle une nouvelle fois qu’il attend trop de lui-même et qu’il ne devrait pas remettre en question la confiance que lui accordent les Jedi.

Anakin s’enferme progressivement dans son illusion. Sa seconde vision n’est d’ailleurs pas la même que la première. Celle-ci ne nous montre plus Padmé appelant l’aide de Anakin, mais celle de Obi-Wan. Autrement dit, ce qui est amené à se réaliser à la fin du film. Une différence qui, selon moi, permet d’appuyer une nouvelle fois l’idée que l’avenir est en mouvement et que notre attention détermine notre réalité.

8. Accès au cœur de la caverne.

Palpatine a instauré un climat de confiance avec Anakin depuis plusieurs années. Il s’est positionné en tant que victime par rapport aux Jedi en manipulant son point de vue sur leur légitimité et sur leur loyauté envers la République. Il a exploité sa frustration pour l’orienter vers une attitude passionnelle et possessive, jusqu’à lui faire admettre que Obi-Wan et le conseil ne lui font pas confiance sous-prétexte que ces derniers ne lui accordent pas le statut qu’il mérite. Enfin, Palpatine a exploité la peur que Anakin ressent à l’idée de perdre Padmé, pour focaliser ce dernier sur une solution égoïste.

Il est donc temps pour le mentor noir de passer à la quatrième étape de son plan très très machiavélique…

Étape n°4 : donner à votre victime l’illusion d’un choix décisif absolu.

Dans l’épisode 6, Luke tente de ramener Vador de son côté, en le mettant face à la réalité de ses actes. Il l’invite à chercher en lui des raisons qui pourraient le motiver à revenir du côté lumineux.
Dans l’épisode 3, Palpatine tente de faire basculer Anakin du côté obscur, en exploitant le conflit intérieur qui l’anime. Il l’invite à chercher en lui des raisons qui pourraient le motiver à passer du côté obscur.

Palpatine décide donc de dévoiler enfin sa véritable identité à Anakin. Il le fait de manière indirecte, en lui proposant de lui enseigner le côté obscur. Cette décision de Palpatine, lui permet de mettre à l’épreuve les convictions de son futur apprenti et par extension, son allégeance.

Pour s’assurer que Anakin prenne la décision de céder à la tentation du côté obscur, Palpatine commence par exploiter sa frustration de ne pas être le Jedi qu’il veut vraiment être. Il met en cause l’enseignement Jedi en appuyant une nouvelle leçon tout-à-fait utile : Si l’on souhaite maîtriser un sujet, il faut en étudier tous ces aspects. Pas uniquement ceux dictés par une vision dogmatique restreinte. De son point de vue à lui, la vision dogmatique et restreinte est évidement celle de l’enseignement Jedi. Il sous-entend donc une nouvelle fois que si Anakin souhaite accéder à un pouvoir plus grand, il doit nécessairement s’émanciper de l’enseignement des Jedi.
Le problème étant que contrairement à Luke, Anakin n’est pas prêt à se construire son propre enseignement. Le refus de Luke de répondre à l’appel de l’aventure dans l’épisode 6, appuie l’idée qu’il ne suffit pas de croire que l’on est prêt pour le devenir. Dans l’épisode 3, l’orgueil de Anakin permet de mettre en avant l’idée que croire à tort que l’on est prêt, peut se révéler très risqué.

Palpatine se place non seulement en tant que victime par rapport aux Jedi, mais supplie également Anakin d’utiliser ses pouvoirs pour, je cite, « Sauver sa femme d’une mort certaine ! ». Palpatine exploite donc la peur de Anakin afin de le pousser à croire davantage à son illusion, contrairement à Yoda, qui l’invitait à se méfier de ses visions en insistant sur le fait que l’avenir reste incertain et par nature, fondamentalement imprévisible. En clair, le chancelier pousse Anakin vers un choix qui lui semble de plus en plus décisif et absolu. Continuer à servir les Jedi et laisser sa femme mourir, ou le rejoindre du côté obscur de la Force pour avoir une chance de sauver sa Padmé.

Dans l’épisode 6, l’échange entre Vador et Luke permet de mettre en opposition leurs vérités respectives. Dans l’épisode 3, Anakin conclut justement son échange avec le chancelier par l’idée qu’il découvrira bientôt toute la vérité. Ce qui n’est évidement pas le cas, puisqu’il finira malgré tout par s’enfermer dans sa propre illusion.

Dans l’épisode 6, Luke tente de convaincre son père de ne pas suivre les directives de l’empereur et de le rejoindre du côté lumineux. Vador fini par livrer son fils à l’empereur en se persuadant qu’il s’agit de la bonne décision à prendre.
Dans l’épisode 3, l’empereur tente de convaincre Anakin de ne pas suivre les directives du conseil Jedi et de le rejoindre du côté obscur. Anakin fini par livrer l’empereur au conseil Jedi. En l’occurence, il s’agit cette fois-ci de la bonne décision à prendre. Mais son attachement pour Padmé et sa peur de la perdre, l’amène finalement à revenir sur sa décision.

Je trouve ce parallèle entre les deux épisodes assez intéressant, car il tend à donner une nouvelle dimension à la décision de Vador de livrer son fils à l’empereur dans l’épisode 6. Il décide de ne pas suivre la voie de l’attachement, mais celle de ses responsabilités de seigneur Sith. Et c’est finalement la peur de perdre son fils qui lui permet de revenir du côté lumineux et d’obtenir sa rédemption.
Dans l’épisode 3, la logique narrative est exactement la même.
Anakin décide de ne pas suivre la voie de l’attachement, mais celle de ses responsabilités de Jedi en livrant Palpatine au conseil. C’est finalement la peur de perdre sa femme qui le fait sombrer du côté obscur et qui le conduit à sa perte.

Anakin dévoile donc la véritable identité du chancelier à Windu. Mais notre héros regrette rapidement sa décision. Il est soumis malgré lui à la tentation de plonger au cœur de la caverne. Une tentation mauvaise, en tous points similaire à celle de l’épisode 2. Anakin cède finalement à l’attachement émotionnel, au lieu d’exercer son esprit à lâcher prise. Son mentor noir à donc le dernier mot, et notre héros part le rejoindre.

9. Épreuve suprême.

Windu prend une poignée de Jedi avec lui et déclare l’arrestation de Palpatine. Windu et le désormais révélé Dark Sidious, sortent seuls survivants de la confrontation. Lorsque Anakin arrive sur les lieux, Sidious fait croire qu’il est en difficulté. Il se place ainsi à nouveau en tant que victime du point de vue de Anakin. Windu avance finalement l’argument que Sidious est trop dangereux pour être laissé en vie. Il entreprend donc de l’assassiner et de faire un coup d’état, au détriment du respect des règles Jedi.
Un peu plus tôt dans le récit, lorsque Anakin dit à Padmé qu’il veut plus et qu’il ne devrait pas, il fait bien entendu référence à la doctrine Jedi. Lorsque Windu tente de transgresser cette doctrine, il remet malgré lui en question une bonne fois pour toutes, la légitimité des Jedi et de leur doctrine, du point de vue de Anakin.
Notre héros y trouve ainsi une manière de justifier sa décision de tourner le dos à tout l’enseignement de ses mentors blancs.
Il décide de suivre la voie de l’attachement au lieu d’accepter de lâcher prise. Il laisse ses sentiments personnels obstruer son jugement envers le conseil. Il oublie de prendre pleinement conscience de toutes ses pensées afin d’éviter qu’elles ne le trahissent. Il néglige l’importance de savoir rester à sa place lorsqu’il le faut. Il se focalise sur le négatif et manque de discernement en refusant de voir que la menace qu’il cherche désespérément à combattre… se trouve juste devant lui.

Anakin concrétise alors l’hybris en participant à la mort de Windu et par la même occasion, à la chute de la démocratie. Il prête finalement allégeance à la personne qui est censé représenter la République, et non à la République elle-même. Notre héros s’enferme ainsi dans l’obstination du refus de répondre à l’appel de l’aventure responsable et bénéfique.
La renaissance de son épreuve suprême amène le Jedi Anakin Skywalker à mourir symboliquement, pour laisser place à sa nouvelle identité de seigneur Sith : Dark Vador.

10. Récompense

Tout comme dans l’épisode 2, la récompense de Anakin dans l’épisode 3 participe à le faire plonger davantage dans sa tragédie. Dans l’épisode 2 il s’agit de la réussite de sa quête émotionnelle. Face à la probabilité d’une mort certaine, Padmé fini par avouer son amour à Anakin. Dans l’épisode 3, la récompense est un peu particulière.

Christopher Volger explique que : « Certains héros n’affrontent pas directement leur propre mort au cours de l’épreuve suprême. ». Il peuvent aussi donner la mort, ou en être simplement témoin.
Dans l’épisode 4 par exemple, Luke affronte l’idée de sa propre mort dans le compacteur à ordures. Mais il est aussi témoin de la mort de Obi-Wan Kenobi.
Dans l’épisode 2, Anakin se retrouve impuissant face à la mort de sa mère, et il donne la mort à tous les êtres vivants du camp Tusken.
Dans l’épisode 3, Anakin participe à la mort de Windu, mais affronte aussi intérieurement, l’illusion de la mort de Padmé. En choisissant d’intervenir, notre héros répond à l’illusion de sauver la vie de sa bien aimée.
Alors que sa décision engendre l’exact opposé.
Anakin est ici victime de ce que Christopher Vogler qualifie de distorsion. Un héros victime de distorsion, est un héros qui laisse la mort altérer la perception qu’il a de sa véritable valeur. Il tend finalement à corrompre sa récompense, et à s’intoxiquer lui-même. C’est exactement ce que fait ici notre héros à la suite de son épreuve suprême. Et Dark Sidious en profite évidement pour exécuter la dernière étape de son plan très très machiavélique…

Étape n°5 : profiter des intérêts en faisant croire que vous faites preuve d’abnégation.

Sidious est finalement parvenu à convaincre Vador que tous les Jedi sont désormais des ennemis de la République. Obi-Wan y compris. Le chancelier donne donc l’ordre à son nouvel apprenti de mettre à feu et à sang le temple Jedi et de se rendre sur le système de Mustafar pour éliminer les derniers séparatistes. Il lui promet qu’au travers de ses actes, Vador accèdera à un plus grand pouvoir. Un pouvoir qui lui permettra de tout contrôler, et de sauver la vie de sa bien aimée.
La récompense de Luke dans l’épisode 6, présente la résurrection de Anakin. Il décide de tuer l’empereur et affirme ainsi son retour du côté lumineux.
La récompense de Vador dans l’épisode 3, présente la mort de Anakin. Il décide tuer tous ceux qui présentent une menace potentielle pour l’Empire, et affirme ainsi son passage du côté obscur.
Padmé retrouve finalement Anakin devenu Dark Vador, sur le système de Mustafar. Il se montre suffisant, arrogant et convaincu d’avoir ramené la paix et la justice dans la galaxie.
Il perd donc finalement ce qu’il cherchait à préserver à tout prix : Padmé. Elle ne reconnaît plus la personne qu’il est devenu et déclare qu’il s’est engagé dans une voie qu’elle ne peux pas suivre.

11. Chemin du retour

Obi-Wan apparaît finalement sur la rampe du vaisseau. Vador doit désormais affronter son ancien mentor blanc. Notre héros se persuade que Padmé l’a trahit en l’amenant jusqu’ici alors que le film nous montre à nous spectateur, que cette conviction est totalement fausse. Obi-Wan s’est discrètement glissé dans le vaisseau de Padmé à son insu. Vador se laisse donc aller à la jalousie, à la paranoïa et à la haine. Il exprime un désir passionnel de possession extrêmement intense et considère désormais son ancien mentor blanc comme un ennemi. Obi-Wan sort son sabre et devient un nouvel antagoniste de notre héros.

12. Résurrection

Vador et Obi-Wan se retrouvent finalement face à face. Obi-Wan prend une dernière fois le rôle de mentor blanc pour notre héros en lui donnant l’ultime recommandation de ne pas surestimer ses capacités.
En règle générale, l’étape de la résurrection est censée mettre une dernière fois le héros face à un dernier choix qui déterminera s’il a bien retenu l’enseignement de son voyage. Ce choix détermine si le héros mérite réellement son élixir.
Dans l’épisode 4, Luke fait le choix de s’en remettre à la Force pour détruire l’étoile de la Mort. Il valide ainsi l’enseignement de son voyage.
Dans l’épisode 5, Luke échoue à sauver ses amis et à affronter Vador, mais ne cède pas à la tentation du côté obscur. Il apprend donc au travers de son échec, qu’il aurait dû suivre les recommandations de Yoda.
Dans l’épisode 6, Luke fait le choix de croire qu’il y a encore une chance de sauver son père. Un acte de foi qui lui permet de s’émanciper définitivement de la figure paternelle et de se construire selon sa propre initiative.
Dans les épisodes 1 et 2, Anakin réussi malgré lui sa résurrection. Grâce à la promesse de Qui-Gon et à l’intervention de plusieurs deus ex-machina qui l’empêchent d’affronter l’échec et ses conséquences. Il fini par payer les conséquences de ses réussites illégitimes en affrontant cette fois-ci la frustration de ne pas être promu au rang de maître Jedi.
À la fin de l’épisode 3, Anakin devenu Dark Vador, fait le mauvais choix. Exactement comme pour son épreuve suprême, il décide de tourner le dos à son enseignement et de s’enfermer dans l’illusion qu’il est plus fort que jamais. Contrairement à Luke dans l’épisode 6, Anakin défend désormais une conviction au service de son orgueil. Mais Obi-Wan lui donne finalement tort.
Le héros perd toute possibilité de mériter son élixir et se laisse consumer par son égoïsme, son avidité et sa haine.
Le mentor noir vient ensuite cueillir ce qu’il reste son nouvel apprenti. Il le soigne dans la souffrance pendant que Padmé rend son dernier souffle en donnant naissance à Luke et Leia.

L’empereur achève finalement son plan et enferme Dark Vador dans sa tragédie.

Yoda annonce à Obi-Wan Kenobi que son ancien maître Qui-Gon Jinn, a trouvé la voie de l’immortalité. Appuyant ainsi de manière assez ironique, l’idée que ce que l’on cherche désespérément,… se trouve bien souvent juste sous nos yeux.

En règle générale, les héros tragiques courent à leur destruction définitive.
Anakin devient Dark Vador et se laisse consumer par sa colère et sa haine, mais il ne meurt pas… donc…

13. Retour avec l’élixir

23 années se sont écoulées depuis la grande purge Jedi et l’avènement du premier Empire Galactique. Vador a déjà affronté son fils une première fois sur Bespin en tentant de le faire basculer du côté obscur. Cette fois-ci, c’est son fils qui tente de lui faire accepter la réalité de ses erreurs passées pour le ramener du côté lumineux de la Force.
Vador décide de le livrer à l’empereur, et s’enferme dans l’illusion que celui-ci saura se montrer plus convaincant que lui pour faire céder son fils à la tentation du côté obscur.
Luke parvient finalement à vaincre son père, sans pour autant se laisser submerger par son agressivité, sa colère et sa haine. L’empereur tente de tuer Luke, mais Vador prend conscience de ses responsabilités de père et décide de tuer l’empereur.
Juste avant de mourir, Anakin exprime sa gratitude à son fils pour l’avoir sauvé et admet qu’il avait raison depuis le début. Il y a effectivement encore du bon en lui. Il fait ainsi un acte purement altruiste en permettant à ses enfants de se libérer de son emprise, et de vivre leur vie en paix. Anakin obtient donc finalement sa rédemption en acceptant qu’il ne pourra jamais revenir sur ses erreurs passées, pas plus qu’il ne peut empêcher le soleil de se lever.
Luke offre à son père une cérémonie funèbre digne de celle d’un Jedi.
Le corps de notre héros brûle, pendant que la galaxie célèbre son retour à l’équilibre.

CONCLUSION

Il est donc temps de mettre un point final à la prélogie et, par la même occasion, à la saga de George Lucas.

La construction de Anakin paraît évidente à analyser dans la mesure où elle suit une logique qui est à l’exact opposé de celle de Luke.
Luke accepte intérieurement sa séparation avec le monde ordinaire. Il laisse définitivement son ancienne vie derrière lui, pour affronter les dangers du monde extraordinaire.
Anakin quant à lui, n’accepte pas sa séparation avec le monde ordinaire. Il laisse sa mère derrière lui, en lui faisant la promesse qu’il reviendra un jour la libérer elle aussi. Il gagne ensuite de manière quasi illégitime, son droit d’accès à la formation Jedi. Mais son attache émotionnelle à l’égard de sa mère et de Padmé, fait peu à peu partie de sa part d’ombre jusqu’à en devenir une obsession. Anakin fini par renier l’utilité de son enseignement, soit par orgueil, soit en laissant tout simplement ses émotions prendre le dessus sur sa raison. Ce qui l’amène à répondre malgré lui à l’appel de son aventure tragique. Padmé joue d’ailleurs malgré elle le rôle du catalyseur de sa tragédie. Elle le conforte dans l’idée qu’il faut privilégier la voie de l’attachement à celle de ses responsabilités. Luke fait lui aussi preuve d’un certain orgueil et il cède à la voie de l’attachement en décidant de partir sauver ses amis dans l’épisode 5. Il fini néanmoins par apprendre de son échec, alors que Anakin obtient malgré tout ce qu’il veut. Il scelle son attachement à l’égard de Padmé et par la même occasion, se créer l’illusion d’une stabilité affective. Il aura ensuite peur de perdre sa bien-aimée et Palpatine se fera une joie d’exploiter cette faiblesse pour le pousser à commettre l’Hybris. Luke et Anakin finissent donc tous les deux par faire un acte de foi. Luke apprend néanmoins à construire et défendre une vérité juste, et à se prémunir contre l’illusion d’un choix décisif et absolu. Anakin s’obstine à croire une illusion issue de son esprit et devient vulnérable à la manipulation de son point de vue. Il fini par devenir lui-même le mal qu’il avait juré de combattre, et se laisse consumer par sa colère et sa haine.
Des années après la chute de la démocratie, son fils lui offre finalement la chance d’obtenir sa rédemption, en acceptant de lâcher prise et de donner à ses enfants la possibilité de vivre leur vie en paix.

Alors au final, qu’en est-il du score de l’élixir de Anakin ?

Si on enlève les idées et les valeurs en double, on obtient un score de 32 bleu, contre 0 rouge, uniquement pour le parcours initiatique de notre héros.

Cela veut-il dire que le mythe associé à son voyage est moins fort et pertinent que celui de Luke ? Eh bien non !

Parce qu’un mythe, quel qu’il soit, dépend avant tout de la profondeur, de l’universalité et de la cohérence du propos qu’il soutien.
Même si la prélogie est souvent la cible de nombreuses critiques, on a pu voir ensemble qu’elle reste tout-à-fait cohérente dans son propos.

Mais qu’en est il de la nouvelle trilogie initiée par Disney ?

Prendre la responsabilité de proposer une suite à une saga comme Star Wars, va évidement de paire avec la responsabilité de respecter la continuité de son propos.

L’analyse de l’épisode 7 se décomposera donc en deux grandes parties.

La première partie sera entièrement consacrée à la déconstruction des voyages de nos héros Finn et Rey. Il s’agira avant tout d’avoir une vision d’ensemble de leurs parcours initiatiques respectifs.

La seconde partie de l’analyse sera dédiée à la construction du mythe dans les épisodes 8 et 9. Je vous proposerais mes propres théories, avant tout dans l’idée d’envisager le prolongement du mythe de l’ensemble de la saga de manière cohérente.

Je vous dis à très vite et en attendant, n’oubliez-pas, faites des films justes et pas juste des films.

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

© 2017 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • Bien se préparer : équipe, matériel, logiciels, moyens disponibles.
  • Développer votre idée : pitch, synopsis, scénario, intention.
  • Organiser le tournage : repérages, découpage, plan de travail.
  • Tourner votre film : gérer l'équipe, diriger les comédiens.
  • Monter et sonoriser votre film : montage, couleurs, mixage.
  • Diffuser votre film : festivals, web, projection publique.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Dernière étape : complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

L'accès privé à cette formation est 100% gratuit !

  • 1 module théorique pour comprendre l'intérêt de la mise en forme.
  • 1 module pratique dans lequel je corrige un scénario avec vous.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).
  • 1 checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 module bonus dédié aux outils et logiciels d'écriture.
  • Ainsi que de nombreux conseils d'écriture complémentaires...

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?