L’anatomie du scénario selon Pixar. Règle n°8 : Savoir mettre un point final.

anatomie-du-scenario-pixar-storytelling-regle-8

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Vous avez une idée de scénario en tête, et vous aimeriez la concrétiser ?

La structure narrative vous intéresse, mais vous avez du mal à savoir comment enrichir votre histoire et maîtriser les notions dramaturgiques ?

Vous avez peut-être déjà lu des tonnes d’informations sur le sujet…

En réalité, vous cherchez simplement une synthèse de ce qui se fait de mieux en matière de storytelling.

Lorsque j’ai commencé à écrire les scénarios de mes premiers courts-métrages, c’était… hmm comment dire… intéressant 🙂

Je ne réalisais pas à quel point la structure et la dramaturgie pouvait m’influencer dans mes choix narratifs.

Et un jour je suis tombé par hasard sur les « 22 règles de storytelling selon Pixar »

Je me suis tout de suite dit : « Ok ! Ces gens-là seraient les premiers que j’écouterais, si je me lançais le défi insensé d’écrire le meilleur scénario du monde » (ouais rien que ça ! 😀 )

Mais à ce moment-là, je n’avais pas réalisé que ce que j’avais sous les yeux n’était qu’un bref aperçu de ces règles…

Un résumé extrêmement succinct, relayé sur de nombreux blogs et magazines que ne sont jamais vraiment intéressés de plus près à ces règles.

Notamment sur la bonne manière de les interpréter…

Avant de les publier à mon tour sur ce blog, j’ai d’abord essayé de remonter à la source.

C’est là que j’ai découvert que Stephan Vladimir Bugaj, ancien « Technical director » de chez Pixar (Les indestructibles, Cars et Wall-E), a écrit un livre entier pour revenir sur ces fameuses 22 règles.

Il tente notamment de clarifier les choses et d’y apporter une interprétation un peu plus juste.

Devant la richesse de cette nouvelle approche, je n’ai pas pu m’empêcher de contacter ce Stephan.

Je lui ai demandé si je pouvais en faire une traduction française officielle, et la publier sur mon blog.

Devinez ce qu’il a répondu… 🙂

Dans cette série de 22 articles, je vous propose de redécouvrir chacune des règles du storytelling selon Pixar, en adoptant un tout nouveau point de vue.

Note importante : La traduction qui suit est directement issue des propos de Stephan Vladimir Bugaj.
Le « Je » est donc celui de l’auteur à l’origine de l’œuvre.

Règle n°8 :

Terminez votre histoire.
Lâchez prise, même si elle n’est pas parfaite.
Dans un monde idéal, vous pourriez mettre un point final en ayant atteint la perfection.
En réalité, il vaut mieux aller de l’avant.
Vous ferez mieux la prochaine fois.

Cette règle peut se résumer de la manière suivante :

« Ne laissez pas la perfection être l’ennemi du bien. »

Il s’agit d’un très bon conseil, car il met en avant l’une des craintes les plus difficiles à vaincre pour n’importe quel artiste. Vous devez être capable de considérer votre travail comme étant terminé, même si celui-ci est imparfait. Ceci dans l’idée de pouvoir mettre un point final à votre recherche créative.

En effet, il n’existe aucune chose propre à la perfection au sens strict du terme (évidemment dans un monde idéal, on pourrait l’envisager, mais cela ne nous importe que trop peu dans le cas de cette analyse). L’idée qu’une chose ne puisse jamais avoir la possibilité d’être parfaite, pose en elle-même une conclusion problématique. En tant qu’artiste, nous pouvons en effet nous résigner à finalement déclarer quelque chose du genre « De toute façon, cela ne pourra jamais être parfait. »

Il peut sembler évident que le fait d’atteindre la perfection est impossible. Et cette règle défend implicitement cette position plutôt qu’une autre, plus positive. Selon moi, suivre cette règle à la lettre, peut nous inciter à justement « chercher la petite bête » et à aller beaucoup trop loin dans l’esprit critique. La notion de perfection (ou d’imperfection) peut être réellement vexante et irritante pour beaucoup d’artistes.

« La paralysie du perfectionnisme » est bien réelle. Elle peut être très handicapante, artistiquement parlant. Dans ce sens, la notion de « lâcher prise » est une aptitude émotionnelle que les artistes doivent effectivement apprendre à cultiver.

Les gens de l’industrie du cinéma (américain) aiment paraphraser le poète français Paul Valery en déclarant que « un film n’est jamais terminé, il est juste abandonné ». Cette affirmation est particulièrement vraie lorsqu’il s’agit de toutes les formes de créations artistiques liées à des notions commerciales. Dans ces cas-là, les délais de livraison (et donc de finition des œuvres), ne sont pas définis par l’artiste lui-même.

Mais c’est finalement vrai pour toute forme d’art, car la perfection est impossible. Sérieusement, elle est impossible à atteindre ! Et si vous y croyez encore, économisez votre énergie, votre peine et votre frustration en oubliant ces croyances immédiatement.

Cette règle essaie donc de nous orienter vers cette façon de voir les choses et de nous aider à refouler nos croyances infondées vis-à-vis de la notion de perfection. Cependant, le phrasé de la dernière partie, prête à confusion sur la véritable définition du « rêve de l’artiste ».

Affirmer qu’il existe une possibilité que le travail d’un artiste ne soit pas parfait, c’est également admettre qu’il y a une possibilité que ce travail le soit.

Mais ne vous rendez pas malade pour autant. Nous laissons tous ce rêve dormir au fond de nous, à travers nos opinions et les mots que nous utilisons pour parler de notre travail. Et cela demande généralement beaucoup d’effort conscient pour essayer de lutter contre cette forme de conviction personnelle. C’est pourtant ce que je vais tenter de mettre en avant à travers cette analyse.

N’essayez jamais d’imaginer un monde idéal dans lequel votre histoire pourrait être parfaite. C’est une perte totale de temps (à moins que vous soyez en train d’écrire une histoire à propos d’un monde idéal dans lequel les histoires seraient parfaites).

C’est une bonne chose d’être passionné par son travail. Mais pas lorsque cette passion vous empêche d’avoir une carrière. Un seul projet peut lancer une carrière, mais ne pourra jamais constituer l’ensemble de celle-ci.

Si vous n’avez jamais travaillé sur plus d’un seul projet, alors vous n’êtes pas encore prêt pour une carrière. Vous n’avez pas encore développé les compétences nécessaires à la construction de celle-ci. Un projet passionné, qui vous tient à cœur toute votre vie, n’est pas une carrière. Et l’analyse de ces règles est avant tout destinée à ceux qui souhaitent développer leur carrière. Les « rêveurs entièrement dévoués à leurs projets », ne souhaitent généralement pas entendre ce type de conseil (donc je n’ai pas non plus besoin de leur en donner).

Un de mes collègues scénaristes, s’est récemment dissout sur lui-même à cause de cette état de fait. Il participait à un projet dans lequel son associé s’était sur-investi dans le but d’atteindre justement la « perfection » à tout prix. Ce dernier ne voulait plus opter pour un « lâcher prise », aller de l’avant, s’aérer l’esprit, ou même diversifier ses compétences en se focalisant temporairement sur un autre projet. Au lieu de ça, il a continué à faire appel aux conseils d’un consultant, dans l’idée de trouver « tout ce qui n’était pas parfait« . Il s’est ancré ainsi dans un processus de recherche encore plus approfondi par rapport à son projet, mais totalement inutile à la progression de celui-ci.

Naturellement, chaque retour que l’on peut récolter vis-à-vis d’une œuvre artistique, varie d’une personne à l’autre (et dans le cas d’un scénario, d’une lecture à une autre). C’est la définition même d’un avis subjectif. À moins qu’une personne vous paie pour lui dire ce qu’elle a envie d’entendre, ça n’a pas de sens d’essayer de lui donner un avis sur ce qui pourrait théoriquement satisfaire tout le monde. Cela est particulièrement vrai si, en tant qu’auteur, vous refusez de vous séparer des choses que la plupart des lecteurs jugent inutiles, mais qui vous plaisent à vous.

Essayer de satisfaire tout le monde, vous inclus, c’est justement ce qu’on peut qualifier de « recherche de la perfection ».

Cette recherche est toujours le résultat d’un manque de confiance en soi. Si vous ne croyez pas en vos propres capacités, vous ne pourrez pas vous sentir assez confiant pour aller de l’avant. Vous n’accordez pas votre confiance à votre instinct et à vos propres intuitions, afin de trouver la véritable bonne version de votre histoire. Vous relayez simplement cette confiance au niveau de votre entourage. Ce qui vous amène à vouloir essayer de satisfaire tout le monde en même temps. Peut-être que vous ne savez même pas qu’une autre histoire dort encore au fond de vous. Et vous vous cachez derrière la recherche d’une pseudo perfection de votre projet en développement.

Mais pour réussir en tant que storyteller professionnel, vous devez avant tout développer les aptitudes nécessaires pour identifier l’impact et la nature des changements que vous faites sur vos histoires. Il ne s’agit pas de modifier celles-ci pour les rendre meilleures, mais bien pour les rendre différentes. Vous devrez également être capables de savoir à quel moment vous n’aurez plus d’idées et qu’il sera nécessaire pour vous de terminer votre travail.

La perfection en tant que but, est toujours fortement liée avec la notion de doute personnel. Ainsi qu’à votre capacité à prendre des décisions en fonction de votre intuition, et à éviter les changements qui n’apportent rien à votre histoire (souvent parce que le but de ces derniers ne vous apparaît pas clairement). Ce type de situation vous rend vulnérable et tend à vous déstabiliser, quelque soit la signification que vous puissiez en tirer.

Le travail d’un storyteller, est de savoir quelle histoire il est en train de raconter. Ainsi que de savoir quelle est la meilleure façon de raconter celle-ci en donnant le maximum de ce qu’il peut apporter au moment où il la raconte.

Une fois que vous aurez terminé votre histoire en prenant en compte ces considérations, alors lâchez prise. Passez à autre chose.

NB : Si vous avez une idée qui vous tient à cœur et que vous avez l’impression de ne pas lui avoir fait honneur, gardez à l’esprit que vous pourrez toujours revenir dessus plus tard. Même beaucoup plus tard. À dire vrai, aussi longtemps qu’il le faudra, jusqu’à ce que vous ayez un nouveau coup de génie, de nouvelles perspectives et de véritables nouvelles idées (pas seulement des idées trouvées à la volée). Le temps que ce coup de génie revienne, plusieurs années peuvent peut-être s’écouler. Pendant cette période, il est important pour vous de travailler sur autre chose. C’est précisément cela, le travail d’un véritable artiste.

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose 2 vidéos gratuites.

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons ensemble les bases de l'écriture de scénario.
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je vous montre les outils et logiciels utilisés par les pros.

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2016 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?