L’anatomie du scénario selon Pixar. Règle n°19 : Le hasard fait mal les choses.

19-nemo

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Vous avez une idée de scénario en tête, et vous aimeriez la concrétiser ?

La structure narrative vous intéresse, mais vous avez du mal à savoir comment enrichir votre histoire et maîtriser les notions dramaturgiques ?

Vous avez peut-être déjà lu des tonnes d’informations sur le sujet…

En réalité, vous cherchez simplement une synthèse de ce qui se fait de mieux en matière de storytelling.

Lorsque j’ai commencé à écrire les scénarios de mes premiers courts-métrages, c’était… hmm comment dire… intéressant 🙂

Je ne réalisais pas à quel point la structure et la dramaturgie pouvait m’influencer dans mes choix narratifs.

Et un jour je suis tombé par hasard sur les « 22 règles de storytelling selon Pixar »

Je me suis tout de suite dit : « Ok ! Ces gens-là seraient les premiers que j’écouterais, si je me lançais le défi insensé d’écrire le meilleur scénario du monde » (ouais rien que ça ! 😀 )

Mais à ce moment-là, je n’avais pas réalisé que ce que j’avais sous les yeux n’était qu’un bref aperçu de ces règles…

Un résumé extrêmement succinct, relayé sur de nombreux blogs et magazines que ne sont jamais vraiment intéressés de plus près à ces règles.

Notamment sur la bonne manière de les interpréter…

Avant de les publier à mon tour sur ce blog, j’ai d’abord essayé de remonter à la source.

C’est là que j’ai découvert que Stephan Vladimir Bugaj, ancien « Technical director » de chez Pixar (Les indestructibles, Cars et Wall-E), a écrit un livre entier pour revenir sur ces fameuses 22 règles.

Il tente notamment de clarifier les choses et d’y apporter une interprétation un peu plus juste.

Devant la richesse de cette nouvelle approche, je n’ai pas pu m’empêcher de contacter ce Stephan.

Je lui ai demandé si je pouvais en faire une traduction française officielle, et la publier sur mon blog.

Devinez ce qu’il a répondu… 🙂

Dans cette série de 22 articles, je vous propose de redécouvrir chacune des règles du storytelling selon Pixar, en adoptant un tout nouveau point de vue.

Note importante : La traduction qui suit est directement issue des propos de Stephan Vladimir Bugaj.
Le « Je » est donc celui de l’auteur à l’origine de l’œuvre.

Règle n°19 :

Utiliser le hasard pour mettre les personnages en péril, c’est bien.
L’utiliser pour les en sortir, c’est tricher !

Cette règle contient un conseil d’une importance capitale : un drame fonctionne mieux si les motivations, les choix et les actions d’un personnage le mettent en péril puis l’en sortent. Les coïncidences ont beaucoup moins d’impact que les choix. Et pourtant elles apparaissent, à divers degrés, dans toutes les histoires.

Quand elles posent problème aux personnages, elles sont excusables parce que le public se retrouve directement pris dans les conséquences du nouveau conflit désormais en place. Quand elles sont utilisées pour sauver un personnage, la tension retombe et le public a alors le temps de prendre un moment pour réaliser la déception qu’il a ressentie de voir un moment tendu résolu par le destin, plutôt que par le choix des protagonistes.

Les coïncidences qui portent préjudice au personnage seront pardonnées tant que le public sera investi émotionnellement avec le protagoniste. Mais les coïncidences ne doivent pas être maladroites ou répétées, ni risquer de compromettre l’intérêt que le public porte au héros.

Comme pour tout illusionniste, si vos ficelles sont trop apparentes, le public devinera le truc. Alors que ce que vous désirez en réalité, c’est que ce public se détende et qu’il profite simplement du spectacle.

Des coïncidences néfastes à l’égard du personnage, et qui sont par trop maladroites, appartiennent au domaine de la parodie. Imaginez qu’un héros dise, « Il est temps que les policiers débarquent ! » Une seconde après, une patrouille apparaît et ils pointent leurs armes sur le héros plutôt que sur le méchant. Dans cette scène, l’auteur a utilisé la coïncidence pour mettre le héros en danger et faire monter la tension, mais d’une façon si manifeste que le public verra le truc au lieu de profiter de la magie.

Parallèlement, si les mécanismes de la tension semblent fonctionner par accidents, le public s’en lassera vite. Les gens ressentent de la sympathie pour quelqu’un qui se retrouve en péril parce que, malgré sa bonne volonté, ses actions se retournent contre lui.

Le public est en général moins enthousiaste face à quelqu’un qui est passivement poussé dans un conflit par les actions des autres personnages ou de simples circonstances de temps et de lieu. Rares sont les exceptions qui adoptent intelligemment cette démarche pour créer des effets comiques ou paranoïaques. Et malgré tout, le public voudra que les coïncidences résultent des tentatives que le protagoniste fait, pour se sortir de l’engrenage de cause à effet qui l’emprisonne.

Même si on n’utilise les coïncidences qu’avec parcimonie, mal juger de leurs spécificités peut remettre en question ce que le public aime le plus dans le personnage. Et finalement les pousser à s’en désintéresser. C’est particulièrement vrai lorsque ce choix se porte sur un trait de caractère du personnage plutôt que sur un de ses talents.

Par exemple, si vous avez créé et développé un personnage plutôt vantard, et que vous le placez dans une situation ou ses belles paroles devraient le mettre en danger, mais que vous le faites pas le biais d’une coïncidence, c’est un échec.

Imaginons qu’un petit malfrat plutôt hâbleur est convoqué par le chef de la mafia. Le public veut que sa vantardise sur sa prétendue dureté lui cause des problèmes ; le mafioso pourrait prendre sa vantardise au premier degré et lui en faire payer le prix fort.

Maintenant, admettons que cette mission soit confiée à un tueur à gages très sérieux, qui doit néanmoins se trouver un coéquipier. Si vous faites entrer le malfrat à ce moment précis, et que le tueur à gages le choisi comme coéquipier, vous aurez donné à un personnage vantard, une opportunité qu’un personnage malchanceux aurait pu mérité.

Vous avez ainsi omit un trait de caractère intéressant qui aurait pu favoriser le lien émotionnel entre le public et le personnage. Ce faisant, vous les avez probablement perdus pour de bon, même si vous ne l’avez fait qu’une seule fois.

Utiliser les coïncidences pour permettre aux personnages de s’en sortir, c’est effectivement de la triche. Particulièrement si ces coïncidences ne tiennent pas compte des actions que les personnages ont initiées.

Imaginez une situation où le protagoniste serait pris en embuscade par un antagoniste armé. Le protagoniste rampe pour se mettre à couvert, il est poursuivi, acculé, et avant qu’il puisse enfin faire feu sur son agresseur, ce dernier se fait renverser par un bus. Bien entendu, ce n’est pas là une résolution très satisfaisante. Le héros n’a amorcé aucune action, rien qui ne puisse même le pousser dans une situation fortuite.

Mais si l’action d’un personnage l’entraîne dans une telle situation, vous revenez dans le domaine du « pardonnable ». Cela ressemble en effet davantage à de la chance qu’à un véritable coup du sort.

En réalité, les postulats de base et leurs résolutions ne sont que de simples chaînes de coïncidences. Le principe est toujours le même. Il consiste à montrer quelque chose d’apparemment anodin assez tôt dans l’histoire. Puis, de faire découvrir au public qu’il s’agit justement de ce dont le protagoniste à besoin.

Prenons par exemple un thriller policier dans lequel on a établi qu’une convention d’apiculture se tiendra au centre-ville le week-end suivant. Par hasard, le héros découvre que le méchant est allergique aux piqûres d’abeilles. Plus tard, alors que l’antagoniste semble prêt à rattraper le héros, ce dernier se rappelle de la convention et dans un dernier effort désespéré pour échapper à une défaite certaine, il redirige l’action vers la convention d’apiculture. Il renverse les ruches et laisse les abeilles faire le travail à sa place. Le fait que des abeilles se trouvent au même endroit qu’un antagoniste qui leur est allergique, témoigne bel et bien d’un coup du sort. Et que dire du fait que l’action se déroule le week-end de la convention ! Malgré tout, si le tout est ficelé avec assez de finesse, le public le percevra comme de l’intelligence plutôt que de la chance parce que c’est le choix du personnage qui a bouclé la boucle.

Les postulats et les dénouements sont les plus grands outils d’un dramaturge. Se faire pardonner les coïncidences introduites pour faire mettre en œuvre ces outils, dépend de la finesse et des précautions que prenez à construire ces coïncidences.

La seule véritable manière de se faire pardonner un coup du sort c’est de pousser le protagoniste à faire un choix qui l’y amène directement. Même s’il est souvent préférable que le choix et l’action aboutissent plutôt à des conséquences directes, parfois une suite intelligente et bien construite de conséquences motivées fonctionne mieux.

Comme pour les coïncidences qui mettent un personnage en péril, celles qui l’en tirent sont encore plus énormes lorsqu’elles sont trop flagrantes ou trop fréquentes. Ou encore, lorsque celles-ci arrivent à un moment ou sous une forme qui détruit les enjeux d’une scène.

L’exemple le plus célèbre de ce coup du sort maladroit arrive souvent à la fin de l’histoire. Celui-ci est si flagrant et commun, qu’il a même une appellation propre : Deus ex machina.

Cette expression se traduit littéralement par « le dieu issu de la machine » et signifie qu’un acteur invisible et externe (en fin de compte, le storyteller) résout les problèmes des protagonistes pour eux. Bon nombre d’histoires pourtant intéressantes, ont été complètement détruites par des Deus ex machina. Le personnage est soudainement tiré du cœur de l’action du dénouement final par des forces extérieures qui résolvent tout à sa place.

Un exemple particulièrement frustrant est celui de l’entité informatique justement appelée Deus Ex Machina dans Matrix Revolutions : un véritable dieu dans la machine qui s’immisce dans l’action et règle tous les problèmes de Néo à sa place.

Quand la coïncidence résout l’histoire entière, reconnaître les actions du personnage qui motivent cette coïncidence, ne suffit malheureusement pas. Le drame se construit justement sur l’idée que les protagonistes règlent la situation quand Dieu ne le fait pas (ou meurent en tentant de le faire, s’il s’agit d’une tragédie), pas l’inverse.

En définitive, ce qu’il faut extraire et retenir de cette règle, est que tout ce qui peut mettre les personnages en péril, ou les en sortir, se construit fondamentalement sur les décisions de ces personnages. Le seul hasard qui peut intervenir au sein d’une histoire, est un hasard influencé par ces décisions.

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose 2 vidéos gratuites.

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons ensemble les bases de l'écriture de scénario.
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je vous montre les outils et logiciels utilisés par les pros.

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2016 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?