L’anatomie du scénario selon Pixar. Règle n°13 : Créer des personnages actifs.

Les-indestructibles-pixar

VOTRE PREMIER COURT-METRAGE EN 5 SEMAINES

.

Vous avez une idée de scénario en tête, et vous aimeriez la concrétiser ?

La structure narrative vous intéresse, mais vous avez du mal à savoir comment enrichir votre histoire et maîtriser les notions dramaturgiques ?

Vous avez peut-être déjà lu des tonnes d’informations sur le sujet…

En réalité, vous cherchez simplement une synthèse de ce qui se fait de mieux en matière de storytelling.

Lorsque j’ai commencé à écrire les scénarios de mes premiers courts-métrages, c’était… hmm comment dire… intéressant 🙂

Je ne réalisais pas à quel point la structure et la dramaturgie pouvait m’influencer dans mes choix narratifs.

Et un jour je suis tombé par hasard sur les « 22 règles de storytelling selon Pixar »

Je me suis tout de suite dit : « Ok ! Ces gens-là seraient les premiers que j’écouterais, si je me lançais le défi insensé d’écrire le meilleur scénario du monde » (ouais rien que ça ! 😀 )

Mais à ce moment-là, je n’avais pas réalisé que ce que j’avais sous les yeux n’était qu’un bref aperçu de ces règles…

Un résumé extrêmement succinct, relayé sur de nombreux blogs et magazines que ne sont jamais vraiment intéressés de plus près à ces règles.

Notamment sur la bonne manière de les interpréter…

Avant de les publier à mon tour sur ce blog, j’ai d’abord essayé de remonter à la source.

C’est là que j’ai découvert que Stephan Vladimir Bugaj, ancien « Technical director » de chez Pixar (Les indestructibles, Cars et Wall-E), a écrit un livre entier pour revenir sur ces fameuses 22 règles.

Il tente notamment de clarifier les choses et d’y apporter une interprétation un peu plus juste.

Devant la richesse de cette nouvelle approche, je n’ai pas pu m’empêcher de contacter ce Stephan.

Je lui ai demandé si je pouvais en faire une traduction française officielle, et la publier sur mon blog.

Devinez ce qu’il a répondu… 🙂

Dans cette série de 22 articles, je vous propose de redécouvrir chacune des règles du storytelling selon Pixar, en adoptant un tout nouveau point de vue.

Note importante : La traduction qui suit est directement issue des propos de Stephan Vladimir Bugaj.
Le « Je » est donc celui de l’auteur à l’origine de l’œuvre.

Règle n°13 :

Donnez une personnalité à vos personnages. Créer des personnages passifs est souvent une tentation à laquelle l’auteur peut céder facilement. En réalité, le public déteste les personnages passifs.

Ceci est un point capital. Ne vous contentez pas de des à vos personnages des opinions, mais aussi des pulsions, des envies et des objectifs qui les poussent à agir. Le conflit et ses conséquences sont à la base de toute représentation dramatique. Et ils ne peuvent naître que par les actions de personnages imparfaits.

Les héros passifs signent l’arrêt de mort de trop d’histoires, particulièrement celles dont l’intrigue se déroule dans un monde imaginaire complexe dont le narrateur est épris, au détriment de ses personnages. Si le personnage est passif, ce sont finalement les circonstances qui font avancer le protagoniste dans l’histoire, et non sa propre volonté.

Des personnages creux impliquent d’eux-mêmes de faibles enjeux. Ces personnages sont beaucoup moins attachants que ceux qui sont guidés par leur motivation, pour le meilleur et pour le pire.

Le public aime suivre une histoire où les personnages montrent une volonté qui leur est propre. C’est ce qui les rend intéressants. Une qualité qui dépasse de loin la sympathie ou l’attrait qu’ils pourraient faire naître. C’est en réalité le désir de rendre les personnages sympathiques qui est bien souvent la cause de leur faiblesse de caractère.

Les auteurs partent du principe que les protagonistes qui sont de simples victimes des circonstances, (à la merci de voyous ou pris au piège dans une situation dangereuse), éveilleront de la sympathie. Cela est peut-être vrai, mais ce n’est pas l’émotion la plus importante que le public veut ressentir envers un héros.

Il est au contraire capital que les spectateurs ne ressentent pas que de l’amitié envers le héros. Ils doivent en effet être emportés et captivés par ce dernier. Une bonne intrigue peut mettre en scène un personnage, à la merci du monde et des circonstances, mais qui possède tout de même un objectif ou un désir contrecarré par des éléments extérieurs. Même le personnage le plus désespéré doit démontrer une certaine volonté à faire évoluer la situation. Si ce n’est pas le cas, le publique ne pourra jamais ressentir le mérite que ce personnage peut avoir à réussir ce qu’il tente d’accomplir.

Bien entendu, dans un premier temps, le personnage ne sera pas en mesure d’affronter ses problèmes. Le public s’attend justement à ce qu’on ne lui présente pas un protagoniste capable de résoudre le conflit principal du premier coup. Il s’agit là d’une composante fondamentale de la dramaturgie. Le protagoniste doit toujours lutter pour parvenir à ses fins (si toutefois il y parvient). Il est donc indispensable de présenter au public des personnages qui ont de opinions assez affirmées pour prendre des décisions les amenant vers leurs objectifs (sans pour autant qu’ils aient besoin d’être justes ou grandioses). C’est à ce type de personnages que le public s’identifie.

Par exemple, dans le biopic The Iceman, le protagoniste (Richie) est un personnage repoussant, particulièrement déplaisant et qui suscite finalement une sympathie dérisoire. Mais son obsession et les conséquences que celle-ci a sur sa vie créent une intrigue intéressante. L’histoire de ce personnage n’est pas nécessairement très attrayante, mais elle parvient à maintenir les spectateurs en haleine.

Par ailleurs, en ce qui concerne la caractérisation de vos personnages, n’hésitez-pas à sortir des sentiers battus. Ne soyez pas trop influencés par le genre, le rythme ou même le ton de votre histoire. On trouve aussi des personnages forts ailleurs que dans des films d’action. Une comédie romantique bien menée comme Pour le pire et pour le meilleur, ou même un drame historique au tempo lent comme Oscar et Lucinda, comptent aussi des protagonistes aux opinions et aux désirs affirmés. Bien entendu, ces derniers sont « dérisoires » et humains, au lieu d’être épiques et mythiques, mais ils poussent tout de même ces personnages à agir.

Cette nécessité de proposer au public des personnages affirmant leurs désirs, dépasse l’idée que « les personnages passifs sont ennuyeux ». Cette affirmation est juste, mais elle proposer en réalité une considération incomplète. Il est en effet plus important de souligner que des personnages actifs sont nécessaires. Avant tout parce que le comportement de ces derniers, fournit au public un contexte qui leur permettra de comprendre l’histoire.

Gardez à l’esprit que les personnages représentent le catalyseur de chaque histoire. C’est à travers eux que naîtra ou non l’intérêt du public vis-à-vis d’une histoire. Aucune circonstance, aucun environnement, ne nous intéressent particulièrement hors du contexte de l’expérience des émotions humaines.

L’espace, la matrice ou les profondeurs de l’océan sont des milieux intellectuellement fascinants, mais, dans nos récits, nous peuplons ces endroits de personnages dont les émotions nous touchent. Même si nous choisissons d’y placer des extra-terrestres, des pandas ou des voitures de course, nous leur prêtons des caractéristiques anthropomorphiques pour permettre à un public d’humains de se sentir concerné.

Un personnage qui ne possède pas un point de vue affirmé et compréhensible nous déroute, car nous ne parvenons pas à faire correspondre sa façon de réagir aux événements de l’histoire. Pour qu’une personne nous touche, nous avons besoin de comprendre ce qu’elle ressent. Si nous ignorons quelle est sa vision du monde, ainsi que ce qui motive chacune des actions qu’elle entreprend pour mettre en œuvre ses idées, nous passons alors à côté du contexte qui nous permettrait de comprendre ce que ressent cette personne vis-à-vis de tout ce qui lui arrive.
Il n’est pas question ici de formule magique, ni de stratagème, mais de science cognitive.

Les spectateurs veulent voir des personnages ressentir des émotions parce que nous sommes programmés pour en tirer de la satisfaction. Tant que le public ignore la vision du monde d’un personnage, ses pulsions et ses désirs, il ne saura conceptualiser ni interpréter le comportement d’un personnage et comprendre ce qu’il ressent pour lui.

Pour aller plus loin...

Écrire et présenter un scénario est une tâche assez délicate n'est-ce pas ?
Si vous êtes d'accord avec ça, la suite devrait certainement vous intéresser...

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose un pack de 2 vidéos + 3 documents.

Je vous accompagne dans la présentation professionnelle de votre scénario

Le pack contient :

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons pourquoi la mise en forme d'un scénario est-elle si importante ?
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je corrige avec vous la mise en forme d’un scénario.
  • La checklist qui récapitule toutes les étapes de mise en forme.
  • 1 scénario d’exemple. Disponible en 2 versions, (avant et après correction).

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)

Dans l'idée de vous aider à préparer votre prochain projet cinématographique de façon professionnelle, je vous propose 2 vidéos gratuites.

  • 1 vidéo dans laquelle nous verrons ensemble les bases de l'écriture de scénario.
  • 1 mise en pratique, dans laquelle je vous montre les outils et logiciels utilisés par les pros.

L’offre prend fin dans :

Heure(s)
Minute(s)
Seconde(s)
Aucun commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

©2016 cineaste-independant.fr

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

  • 12 vidéos : de l'idée à la finalisation de votre film.
  • 14 tutoriels : du scénario à la création du fichier vidéo.
  • 3 débriefings audio : je vous partage mon processus créatif.
  • 7 modèles de documents : checklists, scénario, découpage, etc.
  • 1 publication de votre film sur le blog.
  • 1 bonus surprise à découvrir ! :D

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

Remplissez le formulaire ci-dessous pour accéder au contenu.

VOTRE PREMIER COURT-MÉTRAGE

EN 5 SEMAINES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consultez votre boîte de réception

pour confirmer votre inscription.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Complétez ce formulaire pour recevoir votre contenu gratuitement.

Important : Consultez votre boîte de réception.

Vos informations ont été envoyées avec succès.

Se connecter

Oubli de mot de passe ?